santé
Image d'illustration

1 jeune sur 2 victime d’acouphènes, il faut agir !

par

1 jeune sur 2 est victime d’acouphènes, c’est ce que révèle une enquête de l’Association pour l’information et la prévention dans le domaine de l’Audition. Que faut-il faire ?…

1 jeune / 2 victime d’acouphènes, il faut agir !

 

Image d'illustration

Image d’illustration

A la veille de la Fête de la Musique, des Festivals d’été et des vacances, l’association JNA (Association pour l’information et la prévention dans le domaine de l’Audition) rappelle que 1 jeune sur 2 souffre de bourdonnements ou de sifflements dans les oreilles suite à des expositions sonores élevées (source Enquête nationale JNA 2014) ! Devons-nous laisser les jeunes générations perdre leurs capacités auditives avant l’heure ? Quel sera leur état de santé après 40 ans ? Quel coût pour la société ? C’est maintenant qu’il faut agir. Un choix de société s’impose. Comment ?

Au travers des différentes enquêtes réalisées auprès des jeunes à l’occasion des campagnes “Journée Nationale de l’Audition” (2012,2014 et 2015) les jeunes ont indiqué :
– qu’ils acceptent de porter des protections auditives si elles sont mises gratuitement à leur disposition “bien que cela ne fasse pas stylé” à leurs yeux.
– qu’ils ne se sentent pas concernés par la perte des capacités auditives, car selon eux “cela s’adresse aux vieux“.
Pourtant, lors des actions de prévention avec tests de l’audition réalisées au sein des établissements scolaires, les jeunes formulent qu’ils ont peur de découvrir qu’ils ont abîmé leur système auditif, car ils savent que cela peut être définitif. Ne pas prendre soin de son capital auditif peut donc résulter d’un comportement de fuite.
– d’intensifier la prévention sur les lieux de loisirs et de festivals : nous sommes dotés d’un capital auditif à la naissance et celui-ci peut fondre comme une glace au soleil sous l’effet des expositions sonores répétées : discothèques, concerts, autoradio, DVD, MP3…
Les oreilles n’ont aucune protection naturelle qui résiste à la pression acoustique des amplis !

Par conséquent, montrons que porter des protections auditives :
– fait “stylé” par les couleurs mais aussi par le fait de “prendre soin de soi”.
– contribuent à conserver de bonnes sensations musicales grâce aux différents types de protection existants.
– évitent l’effet cotonneux, les bourdonnements, les sifflements le lendemain. Et parfois ces sifflements demeurent toute la vie !

Image d'illustration

Image d’illustration

Evitons les “exposition sauvages” pouvant fragiliser l’équilibre de vie en optant pour les bons réflexes :
porter des protections auditives ;
écouter raisonnablement le MP3 : moitié de volume sur une durée d’une heure maximum par jour ;
faire une pause auditive : je fais une pause de 10 minutes toutes les 15 minutes en discothèques ;
quitter le lieu si le volume est trop élevé à en faire trembler le corps ;
télécharger une application sonomètre gratuite pour se rendre compte du volume sonore du lieu ;
– rester vigilant pour soi et ses copains car une consommation d’alcool et d’autres substances nocives modifient les perceptions dont celles liées à la pression acoustique.
protéger ses jeunes enfants en les équipant de protections ou en les faisant garder : abîmer le système auditif de son bébé c’est le priver de sensations sonores pour sa vie durant et lui promettre des difficultés dans les apprentissages.

Ces bons réflexes favorisent le plaisir auditif durable. Agissons maintenant pour favoriser le “Bien Vivre” et permettre aux jeunes de conserver leur joie de vivre. C’est là le message principal à transmettre. La prévention des risques auditifs participe à une vie responsable et citoyenne. L’audition, nous sommes tous concernés.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *