station de ski
Aussois - © Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

Aussois, station village de Maurienne

par

Station village et porte du Parc National de la Vanoise, Aussois est un authentique village savoyard qui vous invite à rencontrer les vraies richesses d’un petit coin des Alpes…

Aussois, station village de Maurienne

© Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

© Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

D’où vient ce nom ?

La consonance peu ordinaire du nom du village a incité nombre d’esprits curieux à se pencher sur son origine. Depuis le siècle dernier, des historiens mauriennais et savoyards avides d’entendre parler de leur pays, ont rivalisé d’imagination pour trouver une étymologie convaincante et plausible.

La dernière recherche sérieuse reste celle du Chanoine Adolphe Gros, un maître en la matière puisque son “Dictionnaire étymologique des noms et lieux de la Savoie” (1935) sert toujours de référence aujourd’hui dans ce domaine. Le mardi 22 juillet 1930, lors d’une excursion dans la commune de la Société Savante d’Histoire et d’Archéologie de Maurienne dont il était le Président, il donnait, dans la “salle du patronage”, une conférence sur l’histoire d’Aussois, aux côtés du Curé Gagniere, devant “un auditoire de 200 personnes, archéologues, militaires et surtout Aussoyens avides d’entendre parler de leur pays”. Comme la question de l’origine du nom d’Aussois n’a guère été renouvelée depuis ce temps, c’est de cette conférence que nous tirons l’essentiel des connaissances actuelles sur le sujet.

Aussois - © Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

Aussois – © Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

Le nom d’Aussois est l’un des plus anciens dont il soit fait mention dans les sources historiques de la Maurienne.

D’après Adolphe Gros, il apparaît dès le VIIIème siècle sous sa première forme “Alsede“. C’est en effet dans un testament daté de 739 que nous trouvons le nom du village pour la première fois. Cette année-là, Patrice Abbon, gouverneur de la Maurienne et de la vallée de Suse, lègue la plus grande partie de ses vastes domaines, répartis dans tout le sud-est de la Gaule, à l’Abbaye de Novalaise qu’il avait lui-même fondée quelques années auparavant au pied du Mont-Cenis, à Saint-Pancrace, à Saint-Jean, aux Albiez et fait mention d’un lieu nommé Alsede que Adolphe Gros identifie à Aussois.

Au cours des siècles suivants, le mot évolue, se modifie selon les règles connues de la phonétique dans le passage du latin au français : le L devient U comme dans “alter” devenu “autre” en français, de D disparaît comme dans “fides” transformé en “foi”, le premier E devient EI puis OI et le E final tombe !

Ainsi “Alsede” se serait progressivement modifié en Alseide, Alseie, Alsei, Aussei, Aussoi…
Ce n’est là qu’une hypothèse. Ce dont nous sommes certains, c’est que dès le XIIème siècle le mot est déjà très proche de sa forme actuelle puisqu’on trouve Auceis dans une charte de 1184 (recueil de documents d’une commune…), puis de nouveau dans un écrit de 1190.

© Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

© Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

Bien que ces documents soient écrits en latin, il s’agit bien là d’un mot à consonance romane (ancien français), et d’ailleurs, par la suite, dans de nombreux écrits des XIV et XVèmes siècles. On le retrouve souvent sous sa forme latinisée cette fois Aucesium ou Aucezium (“homines de Aucezia” en 1337, “Curatus Aucezii” au XIVème siècle et “Ecclesia parrochialis Aucezii” en 1414).

D’autres variantes existent : Ousseis, Oussois, Ossois, Ouçois, Oçois. Dans une charte de 1338 conservée dans les archives du presbytère d’Avrieux, nous lisons “Illi de Ouceis” : “ceux d’Aussois”. Aux XVI, XVII et XVIIIèmes siècles, les notaires écrivent Aulceys, Aulçois, Aulsois. Il faut attendre le début du XIXème siècle pour voir s’affirmer définitivement le mot Aussois dans sa transcription actuelle.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *