monument
Barrage de Roselend - © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Les barrages du Beaufortain

par

En 1888 fut créé à Venthon une centrale hydroélectrique utilisant les eaux du Beaufortain. C’est comme cela que l’hydroélectricité fit son apparition dans le massif…

Les barrages du Beaufortain

A cette époque on prend conscience que le terrain du Beaufortain est favorable à ce type d’activité (forte pente et abondance d’eau). Peu de temps plus tard, l’histoire des barrages commença.

Barrage de Roselend - © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Barrage de Roselend – © Sergio Palumbo – 123 Savoie

Le lac naturel de la Girotte qui est alors exploité n’est plus suffisant, il est donc transformé en barrage. Puis EDF commence à s’intéresser au Beaufortain.
La société décide de construire un complexe hydroélectrique appelé la Bâthie-Roselend composé de trois barrages. Les travaux commencèrent juste avant la Seconde Guerre Mondiale. Ceci fut une aubaine pour les gens du Beaufortain qui trouvèrent du travail sur place et restèrent au pays.

A partir de 1969, Arêches-Beaufort pu développer son domaine skiable grâce aux indemnités et à la taxe professionnelle qu’EDF reversait. Aujourd’hui, les barrages fonctionnent toujours, ils servent également de réserves d’eau pour le fonctionnement des canons à neige de la station d’Arêches-Beaufort et font la joie des visiteurs par la valeur ajoutée qu’ils apportent aux paysages du Beaufortain.

Le Barrage de la Girotte

Barrage de la Girotte - © Meda Ugo

Barrage de la Girotte – © Meda Ugo

La Girotte est le premier barrage réalisé en Beaufortain. Il est construit sur un lac naturel.
Les travaux commencèrent en 1942. Puis la guerre arriva et le chantier devient un refuge pour les maquisards. EDF terminera l’ouvrage en 1949. L’architecte Caquot fut choisi pour réaliser l’ouvrage. Il se décida pour une architecture atypique avec une concavité et tournée vers la vallée. Formé de voûtes multiples arc-boutées sur des piliers ancrés au sol il est utilisé comme un réservoir régulateur de sept usines électriques.

A proximité du massif du Mont-blanc, dans une zone d’alpage, ce lac aux eaux glaciaires insuffle sérénité au paysage. Vous pourrez le découvrir à travers une ballade partant de Belleville (Hauteluce) et vous amenant jusqu’au lac avec sa superbe vue sur le Mont-blanc !

Ses trois frères

La Gittaz - © 123 Savoie

La Gittaz – © 123 Savoie

Inspiré par la construction de grands viaducs, le barrage de Roselend est le plus grand du Beaufortain.
Le chantier commença en 1956 et se termina en 1961. Il fallut 10 ans pour le mettre en eaux. Le géant englouti alors le hameau de Roselend et son alpage. Son architecture originale est issue de deux techniques de construction habituellement concurrentes.
A l’endroit où la gorge est plus profonde se dresse une voûte simple haute de 150 mètres à laquelle s’ajoute de part et d’autre des piliers inclinés développant une courbe harmonieuse de 804 mètres.

Saint-Guérin, le saint patron des alpages a donné son nom au barrage. Achevé en 1961, ses eaux contribuent au remplissage de Roselend au moyen d’une galerie qui fonctionne à la manière de vases communicants. Sa structure est en forme de voûte.

La Gittaz est le dernier satellite de Roselend. Il a été achevé en 1967.
Ce barrage de type poids arqué à forme triangulaire utilise son propre poids pour résister à la force de l’eau retenue. André Coyne, l’ingénieur du site de Roselend innova dans la forme de l’évacuateur de crues ressemblant à un tremplin de saut à ski.

Barrage de Roselend Barrage de la Gittaz le Mont-Blanc vu depuis le Beaufortain

Cliquez-ici pour voir la galerie complète sur notre photo-blog.


Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *