église
Caveau des Augustins © 123 Savoie

Caveau des Augustins

par

Le caveau des Augustins, blotti au centre du bourg de Saint-Pierre-d’Albigny, saisit ses visiteurs par la puissance des pierres qui portent ses murs séculaires…

Caveau des Augustins © 123 Savoie

Le Caveau des Augustins, lieu de mémoire, d’histoire et d’arts © 123 Savoie

Le Caveau des Augustins

L’ancienne église du couvent de la congrégation des Augustins, fondée par Jean de Miolans en 1380, le caveau des Augustins, blotti sous la mairie de Saint-Pierre-d’Albigny témoigne de quatre siècles au cours desquels les grandes familles nobles de Savoie lui destinèrent leurs sépultures.
Abritant trois « saintes épines de la couronne du Christ », rapportées de Palestine par Jacques 1er de Miolans au XVème siècle, le couvent et son église furent en partie démantelés à la Révolution, ses caveaux reconvertis en caves à vins ou à fromages.
Construite au XIXème siècle sur les vestiges de l’église des Augustins, la mairie de Saint-Pierre-d’Albigny offre donc aujourd’hui aux regards ces vieilles pierres puisées au pied de l’Arclusaz.

colonne du Caveau des Augustins © 123 Savoie

colonne du Caveau des Augustins © 123 Savoie

Le caveau des Augustins est la fidèle restitution de l’ancienne église du couvent de la congrégation des Augustins.

Les peintures et les colonnes de l’église monastique du XIVème siècle y sont clairement identifiables sous les lumières qui désormais caressent des pierres apparentes flanquées de cimaises. Les sépulcres des familles Miolans et Montmayeur reposent sous leurs lestes dalles tandis que deux magnifiques têtes sculptées, mises à jour dans l’enceinte de l’ancien couvent, offrent leurs sourires éternels aux découvreurs.

Patrimoine culturel, cultuel et historique unique en Savoie, le caveau des Augustins a de tout temps été lié aux hommes.


Une histoire du caveau des augustins…

1380mars

Fondation d’un couvent d’augustins

Jean de Miolans, enrichi de son union avec Agnès de Roussillon, fonda un couvent d’augustins à Saint-Pierre-d’Albigny, alors que la famille de Miolans vivait son apogée. La construction de l’ensemble s’acheva au siècle suivant, après plusieurs donations.

1405

Construction de l’église

François de Gruffy abonda à son tour à l’avancée du chantier, notamment pour la construction de l’église du couvent et de son chœur.

Au siècle suivant, le bâtiment fut restauré par une aide d’Urbain de Lescheraine.

1792

Révolution française

Les caveaux sont reconvertis en caves à vins ou à fromages. Le démantèlement imposé alors par la Révolution amena peu à peu le bâtiment à la ruine.

XIXesiècle

Construction de la mairie

La mairie de Saint-Pierre-d’Albigny est construite au XIXème siècle sur les vestiges de l’église des Augustins.

1995

Réhabilitation du site

Jean-Yves Duverney mobilisa dès 1995 la commune, le Conseil régional et le Conseil général pour réhabiliter ce qui était encore un ancien entrepôt municipal. La réussite de cette restauration tint aussi à l’implication concluante des élèves du lycée professionnel du Nivolet de La Ravoire. Dans leurs formations respectives, ils façonnèrent les ferronneries, la maçonnerie, les huisseries qui habillent désormais le lieu patrimonial.

20016 juillet

Réouverture du site

Ouverture d’un espace voûté, refuge des nombreuses traces du passé glorieux et épique de la Combe de Savoie, mais surtout une scène ouverte à toutes les expressions artistiques. Telle la volonté de rassembler initiée par les fondateurs du couvent depuis cinq cents ans, le Caveau des Augustins défend aujourd’hui une programmation culturelle riche.

Caveau des Augustins Caveau des Augustins
2002

Prix départemental 2002 des « Rubans du Patrimoine »

Récompensé du prix départemental 2002 des « Rubans du Patrimoine » décerné par la Fondation du Patrimoine.


Ce que dit la tradition…

Un lieu de sépulture

L’église accueillit dès son origine les sépultures des nobles de la région dont, au centre du chœur, celle des Miolans, protégée d’une pierre tombale sculptée du blason familial. A côté reposait vraisemblablement Jacques de Montmailleur, dernier représentant de la lignée.

Les trois Saintes Épines de la couronne du Christ

La tradition veut également que Jacques 1er de Miolans ait rapporté de son ambassade en Palestine, au début du XVème siècle, trois Saintes Épines de la couronne du Christ, conservées ensuite au couvent. Au décès de l’ultime descendante de la dynastie Claudine de Miolans, au XVIème siècle, le couvent fut cédé au Duc de Savoie. La communauté que Jean de Miolans voua au lieu saint resta, durant ces temps, forte de six religieux et de deux frères jusqu’au XVIIIème siècle.

Le démantèlement imposé alors par la Révolution amena le bâtiment à la ruine. Les Saintes Épines furent alors transférées en l’église paroissiale avant de disparaître mystérieusement.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *