histoire
Mont Granier (1.933m)  © 123 Savoie

La chute du Mont-Granier

par

Dans la nuit du 24 Novembre 1248, le Mont Apremont s’effondra. On lui donnera le nom de l’un des villages disparus : le Mont “Granier”…

Mont Granier (1.933m)  © 123 Savoie

Mont Granier (1.933m) © 123 Savoie

Dans la nuit du 24 Novembre 1248, le Mont Apremont s’effondra. On lui donnera le nom de l’un des villages disparus : le Mont “Granier”.

24 novembre 1248 : l’effondrement

Cinq paroisses furent détruites : Granier, Cognin, Vourey, Saint-Pérange et la capitale religieuse de l’époque, Saint-André, siège du Décanat de Savoie. Il y aurait eu 4.000 morts. C’est la catastrophe la plus importante dans les Alpes qui serait due à une secousse sismique, suivie par un glissement de terrain. Cet amas de blocs est nommé depuis “Abymes”.

On dispose de plusieurs récits s’étalant de 1250 à 1283, relatant la catastrophe, les auteurs sont les suivants :
• Etienne de Bourbon, moine dominicain.
• Matthieu Paris, moine franciscain.
• Martin le polonais, moine dominicain.
• Des frères Prêcheurs, moines dominicains.
• Gérard de Frachet, moine dominicain.


Mont Granier (1.933m)  © 123 Savoie

Mont Granier (1.933m) © 123 Savoie

Le Mont Granier, vu depuis Chapareillan  © 123 Savoie

Le Mont Granier, vu depuis Chapareillan © 123 Savoie

Pierre carrée à Chapareillan, l'une des pierres tombée lors de l'éboulement et qui fut transformée en cave  © 123 Savoie

Pierre carrée à Chapareillan, l’une des pierres tombée lors de l’éboulement et qui fut transformée en cave © 123 Savoie

L’effondrement :

La chute du Mont Granier a été mise en évidence par J. Goguel et A. Pachoud.

A la suite de pluies importantes, le Mont Granier aurait emmagasiné de grandes quantités d’eau dans sa partie basse, composée de bancs calcaires de Valanginien. Celle-ci devenue trop lourde, se mit à glisser emportant avec elle une partie de la falaise rocheuse.

La force déployée par cette catastrophe fit évaporer une partie de l’eau contenue dans l’éboulement. Cette vaporisation sous le glissement à jouer le rôle de moteur à réaction et a emporté la coulée sur un coussin de vapeur, ce qui explique la largeur de la coulée et sa rapidité.

Caractéristiques :

L’éboulement recouvrit une superficie de 20 km², soit 8,5 km de long et 5,2 km de largeur. Ce qui représente 150 millions de mètres-cubes pour un poids évalué à 1 milliard de tonnes.

Depuis ce jour, la falaise du Mont Granier est la plus haute de France avec plus de 900 mètres d’a pic.

 

Merci à Daniel Bouvier-Belleville pour sa participation à l’élaboration de cette présentation.


Commenter 1 commentaire

Avatar de l'utilisateur CANIZAR
Vous parlez de la destruction de Cognin par l'éboulement du Mont Granier, j'ai déjà lu cette mention dans un autre ouvrage; or le Cognin actuel est beaucoup trop éloigné du Granier pour avoir été détruit. Ne s'agirait il pas plutôt de Chignin? ou alors existait il une autre commune du nom de Cognin?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *