études et métiers

Deux savoyardes récompensées par le CNRS

par

Médailles d’argent et de cristal du CNRS pour une chercheure et une ingénieure du Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de Physique des Particules (LAPP)…

Deux savoyardes récompensées par le CNRS

 

Frédérique Marion et Nadine Neyroud Gigleux

Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) vient de publier les noms des médaillé(e)s d’argent, de bronze et de cristal pour l’année 2017. Cette année, le Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de Physique des Particules (LAPP) compte deux lauréates parmi ses chercheur(e)s et ingénieur(e)s.

Frédérique Marion, chercheure au LAPP (CNRS – Université Savoie Mont Blanc), recevra la médaille d’argent du CNRS 2017. Cette distinction récompense son travail de longue date au sein de la collaboration Virgo, tant sur la mise au point du détecteur que sur l’analyse des données récoltées qui ont mené à la découverte des ondes gravitationnelles. Chaque année, la médaille d’argent du CNRS distingue des chercheur-e-s, au début de leur ascension, mais déjà reconnu-e-s sur le plan national et international pour l’originalité, la qualité et l’importance de leurs travaux.

Nadine Neyroud Gigleux, ingénieure au LAPP, est lauréate de la médaille de cristal du CNRS 2017. Arrivée au CNRS en 2002, elle s’est distinguée par sa forte implication, son expertise technique et sa gestion d’équipes dans plusieurs projets internationaux comme DATAGRID, au LHC ou aujourd’hui avec le projet CTA en tant que chef de projet. Cette distinction récompense chaque année des ingénieur(e)s, des technicien(ne)s et des administratifs(ves) qui, par leur créativité, leur maîtrise technique et leur esprit innovant contribuent aux cotés des chercheur-e-s à l’avancée des savoirs et des découvertes scientifiques.

Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de Physique des Particules

Créé en 1976, le LAPP est l’un des 19 laboratoires de l’Institut de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3), institut du CNRS qui coordonne les programmes dans ces domaines pour le compte du CNRS et des universités, en partenariat avec le CEA. Près de 140 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, étudiants et visiteurs étrangers y travaillent. Les travaux menés au LAPP ont pour but l’étude de la physique des particules élémentaires et de leurs interactions fondamentales, ainsi que l’exploration des connexions entre l’infiniment petit et l’infiniment grand.


Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *