nature et environnement
Travaux de démantèlement des vestiges industriels
au Vallon du Clou (pelles araignées à pneus)

EDF démantèle les vestiges industriels au Vallon du Clou

par

A 2.200 mètres d’altitude, EDF UP Alpes a procédé au démantèlement de vestiges industriels sur le site du Vallon du Clou, situé au-dessus de Sainte-Foy-Tarentaise…

EDF démantèle les vestiges industriels au Vallon du Clou

Travaux de démantèlement des vestiges industriels au Vallon du Clou (pelles araignées à pneus)

Travaux de démantèlement des vestiges industriels
au Vallon du Clou (pelles araignées à pneus) – hydrostadium

A 2.200 mètres d’altitude, EDF UP Alpes vient de procéder au démantèlement de vestiges industriels sur le site du Vallon du Clou, situé au-dessus de Sainte-Foy-Tarentaise.

Un ancien pont au-dessus du Clou, des traces de construction (des murets, une dalle, …) et une quinzaine de massifs en béton : ce sont environ 25m3 de béton et de ferrailles qui ont été évacués du Vallon du Clou. Il s’agissait de vestiges industriels datant de la construction du barrage de Tignes.

La première partie du chantier a été consacrée au démantèlement et à l’évacuation des matériaux. Un local creusé dans la roche à flanc de falaise a également été comblé. Dans un second temps, une barrière de sécurité a été mise en place autour de la retenue formée par le barrage du Clou (en lieu et place du grillage existant).

Ce chantier, piloté par Hydrostadium, filiale EDF spécialisée en Ingénierie hydraulique, a fait l’objet d’un arrêté préfectoral. Il a duré environ trois semaines, réparties entre septembre et novembre 2011. Afin de préserver le site, des engins spécifiques ont été utilisés (comme par exemple les pelles araignées), en privilégiant les pneus aux chenilles. Tous les déchets ont ensuite été évacués pour être traités ou valorisés. EDF a investi environ 60.000 € dans cette opération en faveur de la réhabilitation du paysage.

Du Vallon du Clou au barrage de Tignes

Les eaux de la retenue du Vallon du Clou sont acheminées par 7 km de galeries puis par une conduite forcée jusqu’à la centrale hydroélectrique du Chevril, située à la crête du barrage de Tignes. Elles rejoignent ensuite les 235 millions de m3 d’eau du barrage de Tignes. Cet immense réservoir d’énergie est la clé de voûte de l’aménagement hydroélectrique de Haute-Tarentaise : un maillon essentiel du système électrique français, qui permet de produire l’équivalent de la consommation domestique d’une ville de 340.000 habitants.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *