nature et environnement
© EDF - D Guillaudin

EDF vidange le barrage de Bissorte

par

Tous les 10 ans, la réglementation prévoit l’Examen Technique Complet des barrages. C’est pourquoi EDF examine celui de Bissorte dans la Vallée de la Maurienne…

EDF vidange le barrage de Bissorte

 

Barrage de Bissorte - © EDF - D Guillaudin

Barrage de Bissorte – © EDF – D Guillaudin

Jusqu’à mi-novembre 2015, EDF réalise un Examen Technique Complet du barrage de Bissorte, dans la vallée de la Maurienne, pour une exploitation en toute sûreté de l’aménagement. Durant la durée de la vidange, l’accès aux berges et au couronnement du barrage est strictement interdit.

Tous les 10 ans, la réglementation prévoit l’Examen Technique Complet (ETC) des barrages. Cet ETC se déroule jusqu’à la mi-novembre sur le barrage de Bissorte. L’abaissement de la retenue permet l’expertise approfondie des parties habituellement immergées de l’aménagement. La vidange offre également l’opportunité de réaliser de nombreuses opérations d’entretien et de maintenance sur l’ensemble de l’équipement dans le domaine de la mécanique avec notamment l’entretien voire le remplacement des grilles et des vannes, la reprise des étanchéités.

Pour réaliser ces travaux qui démarreront en août prochain, le niveau d’eau de la retenue de Bissorte a été diminué progressivement. Après la fermeture des prises d’eau, le niveau d’eau a été abaissé jusqu’à sa côte minimum d’exploitation grâce à la production d’électricité dans les 2 centrales reliées à cet équipement puis les vannes de fond ont été ouvertes. Durant toute la durée des travaux, l’accès aux berges (promeneurs mais aussi pêcheurs) et le couronnement du barrage est interdit par arrêté municipal. Une signalétique installée pour l’occasion indique le chemin à emprunter pour passer d’une rive à l’autre.

Le barrage de Bissorte : un équipement pour deux centrales hydroélectriques

Le barrage de Bissorte a été construit entre 1930 et 1935. En 1957, la réalisation d’adductions complémentaires de la haute Neuvache et du Bonrieu, en rive droite de l’Arc, a permis d’optimiser l’équipement et d’atteindre une réserve d’eau de 40 millions de m3. L’aménagement regroupe les usines de Bissorte et super Bissorte, situées sur les communes du Freney et d’Orelle, ainsi que deux retenues : Bissorte et le Pont des Chèvres. L’usine de Bissorte, première usine construite sur le site, a été mise en service en 1935. La centrale de Super Bissorte, mise en service en 1986, est une Station de Transfert de l’Energie par Pompage (STEP), dont le principe consiste à transférer la même eau entre deux retenues séparées par un fort dénivelé. La puissance totale de l’équipement représente environ 800 MW ce qui permet d’économiser grâce à cette énergie durable l’équivalent de 240.000 tonnes de CO² par an.

Une surveillance des ouvrages au service de la sécurité

Dès leur mise en eau et tout au long de leur exploitation, les barrages sont surveillés, auscultés et entretenus. Ils sont équipés de différents moyens permanents d’auscultation, mis en place dès la construction. On mesure en particulier les mouvements des barrages (par relevé topographique et pendules d’auscultation) et leur comportement hydraulique (influence de l’eau sur la stabilité et le comportement de l’ouvrage) par mesure des infiltrations d’eau et des sous-pressions.

Tous les ouvrages hydrauliques du parc de production d’EDF font ainsi l’objet d’un suivi et d’un entretien régulier et très rigoureux, sous le contrôle vigilant des pouvoirs publics. En complément de ce suivi constant de l’état de santé des ouvrages, la réglementation française en matière de sécurité des barrages et de prévention des risques, impose pour tous les barrages d’une hauteur supérieure à 20 mètres, d’effectuer tous les dix ans un Examen Technique Complet (ETC) comprenant la visite des parties immergées des ouvrages.

Cette visite peut être réalisée de deux façons : soit par vidange totale de la retenue, ce qui permet de mettre hors d’eau des parties habituellement en eau, soit par visite subaquatique, comme les conduites forcées sous le barrage, soit par visite subaquatique.


Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *