nature et environnement
Gypaète barbu adulte - © ERDF

ERDF participe à la sauvegarde du gypaète barbu

par

La protection des grands rapaces passe par l’enfouissement et la neutralisation des lignes électriques. De nombreuses actions sont en cours depuis 15 ans mais il y a urgence…

ERDF participe à la sauvegarde des grands rapaces et du gypaète barbu

 

Gypaète Barbu - Réserve naturelle de Sixt-Fer-à-Cheval

Gypaète Barbu – Réserve naturelle de Sixt-Fer-à-Cheval

En partenariat avec des associations locales, l’entreprise ERDF établit la cartographie des ouvrages dangereux pour les oiseaux de grande envergure. Ce diagnostic est essentiel pour apporter les solutions les plus pertinentes à chaque site spécifique : équipement de supports ou de lignes avec des balises, anticipation d’enfouissement de lignes.

Dans le cadre de sa politique développement durable, ERDF s’investit pour la protection de l’avifaune en général et la sauvegardes des grands rapaces en particulier.

Depuis 15 ans, ERDF travaille aux côtés des associations et réalise des opérations de neutralisation sur le réseau électrique moyenne tension. Ce vaste programme représente la protection de 900 points du réseau électrique, soit 1.313 armements traités sur les Pays de Savoie.

L’action engagée par ERDF vis à vis de l’avifaune est liée à la nature de son activité. ERDF Annecy Léman exploite 14.700 km de lignes de distribution électrique dont 63% en souterrain. Cependant, en quelques endroits, les réseaux aériens peuvent avoir des conséquences pour des espèces d’oiseaux vulnérables. Certains oiseaux de grande envergure peuvent se poser sur des supports (poteaux) ou des appareillages électriques (interrupteurs) et s’électrocuter en touchant simultanément une phase et une masse, malgré les distances d’éloignement. Plus rarement, nous avons pu constater des cas de percussion en vol de lignes électriques.

Compte tenu des caractéristiques physiques des lignes, seules quelques espèces sont concernées. Nous pouvons voir tous les jours des milliers d’oiseaux se poser sur des conducteurs sans conséquence pour eux. Cependant, ERDF est attentif au discours que portent les associations de naturalistes. Parmi les espèces vulnérables aux lignes électriques, quelques-unes unes sont en danger d’extinction et il faut apporter des solutions concrètes pour insensibiliser les réseaux.

Rencontre ERDF et Asters - ERDF

Lancement du programme européen de sauvegarde du gypaète barbu, le 6 septembre 2014 à Cluses

Une action essentiellement locale

L’organisation d’ERDF permet en effet d’être à l’écoute des parties prenantes locales. En s’appuyant sur un maillage départemental, elle reste en contact avec des associations, des collectivités qui nous alertent sur des problèmes souvent très localisés. En effet, les habitats naturels des quelques espèces vulnérables sont délimités, parfaitement connus des associations quand ils ne sont pas pris en charge dans le cadre de plans de sauvegarde. Ces contacts débouchent généralement sur des conventions de partenariat entre l’entreprise et les associations de protection de la nature.

Cet engagement partenarial vise à assurer la maîtrise des impacts des réseaux électriques aériens à travers :
– l’identification des zones les plus sensibles  pour les oiseaux de grande envergure, les infrastructures dangereuses ou potentiellement dangereuses. Il s’agit de croiser la localisation des zones de nidification et des couloirs de migration avec l’implantation des lignes électriques gérées par ERDF.
– La mise en œuvre de systèmes de neutralisation pour éviter que les oiseaux percutent les câbles ou ne s’électrocutent, sur quelques secteurs reconnus prioritaires.

L’intérêt de ces conventions de partenariat est que les associations de naturalistes apportent leur expertise sur le comportement des oiseaux. Il est ainsi plus facile, pour ERDF, de faire des choix de matériels pertinents et de maximiser l’efficacité des dispositifs de sauvegarde.

Enfouissement et neutralisation des lignes électriques,

les solutions techniques apportées par ERDF

Balises avifaunes spirales ou fire fly

Balises avifaunes spirales ou fire fly

Sur les nouveaux réseaux HTA 20.000 Volts, la principale action d’ERDF est de faire en sorte que ces nouveaux réseaux soient absolument sans effet sur la biodiversité : la quasi-totalité des réseaux neufs sont désormais construits en souterrain.

Les interventions de neutralisation  portent sur les lignes électriques aériennes et les armements dangereux (transformateurs, poteaux…) et revêtent différentes formes :
L’isolation, pour éviter les électrocutions. Ce dispositif consiste à isoler les conducteurs nus sous tension par la pose de protections en plastique sur le câble.
La dissuasion, pour empêcher les oiseaux de se poser sur les lignes et éviter les collisions, avec :
– L’installation de tiges verticales, formant des peignes ou des fourches, au sommet des poteaux, pour effaroucher les oiseaux et empêcher qu’ils se posent sur les zones à risque.
– Des balises avifaunes (spirales ou fire fly) sont installées sur les conducteurs pour rendre les lignes visibles des oiseaux. Cette technique permet de diminuer de 65 % à 95 % le nombre d’accidents par collision. La pose de Fire Fly alpine a été utilisée pour la première fois en Savoie et en Région Rhône-Alpes sur la commune de Fréterive en 2013.

Suivant l’accessibilité des tronçons identifiés comme dangereux, ces poses se font soit par nacelle, soit à l’aide d’une perche isolante car les techniciens spécialisés ERDF réalisent ces opérations sous tension (sans interruption de l’alimentation électrique des clients).
– L’enfouissement de certains tronçons de lignes, (travaux actuellement dans le parc national de la Vanoise sur la commune de Lanslevillard).

Le Gypaète barbu est l’une des espèces les plus menacées en Europe

Un programme inscrit dans la durée en Pays de Savoie

L’engagement d’ERDF pour la protection de l’avifaune s’inscrit dans la durée. Tout d’abord partenaire de la LPO pendant plus de 10 ans, le travail des techniciens a permis de traiter plus de 1.000 points du réseau électrique sur près de 60 communes principalement en Haute-Savoie, ce qui représente l’équipement de quelques 1.500 poteaux. ERDF s’est ensuite engagée aux côtés du Parc National de la Vanoise (Savoie), d’ASTERS (Haute Savoie) et des parcs naturels régionaux des Pays de Savoie.

Ainsi une nouvelle convention a été signée sur la Savoie en 2012 (ERDF – LPO – Parc National de la Vanoise – Parcs régionaux Bauges et Chartreuse) et plus récemment sur la Haute-Savoie (ERDF – LPO – ASTERS – Parc régional Bauges) en juin 2014 sur la commune de Passy.

Signées pour 3 années ces conventions financées par ERDF, d’un montant de 25.000 € par an permettent de réaliser un vrai travail de partenariat, de définir et mettre en œuvre les actions propres visant à assurer la maîtrise des impacts de certains tronçons de réseaux aériens sur l’avifaune.


ERDF soutient le programme européen Life Gyphelp

En parallèle de cette démarche existante, ERDF dans les pays de Savoie s’engage dans un deuxième temps dans le programme européen Life Gyphelp aux côtés d’Asters (Conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie) et de ses partenaires, pour la protection de la sauvegarde des grands rapaces, et notamment du gypaète barbu, oiseau emblématique des Alpes.

Le Gypaète barbu, un oiseau emblématique et menacé

Gypaète barbu adulte - © ERDF

Gypaète barbu adulte – © ERDF

Le Gypaète barbu est l’une des espèces les plus menacées en Europe.

Considérée comme “gravement menacée d’extinction” au niveau de l’arc alpin selon l’IUCN, l’espèce est en “danger critique d’extinction” sur la liste rouge française. Disparue des Alpes, elle y est réintroduite à partir de 1986.

En 2014, malgré tous les efforts consentis pour la sauvegarde de l’espèce, il ne subsiste que 175 couples reproducteurs en Europe et seulement 50 sur l’ensemble du territoire français.

Le projet Life GypHelp (programme européen de sauvegarde du Gypaète Barbu) est situé sur un espace qui abrite les 8 couples reproducteurs des Alpes françaises (soit 16% des couples français et 38% des couples alpins). Cette aire géographique englobe l’un des deux noyaux principaux de la population alpine : les Alpes nord occidentales comptent 6 couples en Savoie et Haute-Savoie sur les 23 couples reproducteurs actuellement dans les Alpes, ainsi que 2 couples dans les Alpes sud occidentales.


Commenter 2 commentaires

Avatar de l'utilisateur ERDF participe à la sauvegarde du gypa&e...
[…] La protection des grands rapaces passe par l'enfouissement et la neutralisation des lignes électriques. De nombreuses actions sont en cours depuis 15 ans...  […]
Avatar de l'utilisateur ERDF participe à la sauvegarde des grand...
[…] La protection des grands rapaces passe par l’enfouissement et la neutralisation des lignes électriques. Dans les Pays de Savoie, le travail des techniciens a permis de traiter plus de 1.000 points du réseau électrique sur près de 60 communes principalement en Haute-Savoie, ce qui représente l’équipement de quelques 1.500 poteaux. ERDF s’est ensuite engagé aux côtés du Parc National de la Vanoise (Savoie), d’ASTERS (Haute Savoie) et des parcs naturels régionaux des Pays de Savoie. Parallèlement à cette démarche existante, ERDF participe au programme européen "Life Gyphelp" aux côtés d’Asters (Conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie) et de ses partenaires, pour la protection de la sauvegarde des grands rapaces, et notamment du gypaète barbu, oiseau emblématique des Alpes.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *