actualités

J’ai testé pour vous… le vol bi-place…

par

Du 20 au 27 mai 2017, sur la commune de Chamousset, la “Ferme des Gabelins” a réuni l’élite mondiale des parapentistes, pour une étape de la coupe du monde de parapente de la Paragliding World Cup. À cette occasion, Émilie, notre envoyée spéciale, a testé pour vous… le vol bi-place…

J’ai testé pour vous… le vol bi-place…

– Reportage et photos : Émilie Monnereau –

Samedi 27 mai, dernier jour de la manche française de la Coupe de monde de parapente à Chamousset, dernière chance pour voler. Les 6 épreuves ayant été disputées par les parapentistes venus des 4 coins de la planète, nous ne croiserons pas le groupe des compétiteurs en l’air…

Le palmarès est établi, nombreux sont ceux déjà rentrés chez eux, quand une poignée vole encore aujourd’hui, juste pour le plaisir. Heureusement, en marge de la compétition, les activités de découverte et d’initiation ne manquent pas. Le public est bien présent, malgré une chaleur écrasante, et le carnet de réservations des vols bi-place est complet. Les zones d’ombre ont la côte, le vent est de la partie, et on se surprend à avoir – allez savoir pourquoi – constamment le nez en l’air. La Ferme des Gabelins étant la zone d’atterrissage, les voiles se posent non loin des moutons et des vaches qui paissent.

15h : la navette nous transporte jusqu’à la zone de décollage de Montendry, et c’est une procession d’étranges gastéropodes, aux carapaces de toile avoisinant les 25 kg, qui emprunte un court chemin jusqu’à un champ en pente, décoré d’une petite balise rouge et blanche.

En un temps très court, la voile est dépliée, les sellettes mises et ajustées, il s’agit juste d’attendre le bon coup de vent. Aussi simplement qu’un gros insecte qui prend son envol, nous quittons avec douceur le plancher des vaches.

Un vol tout en confort pour en prendre plein la vue

La voile à la verticale, courir jusqu’à ne plus sentir le sol sous ses pieds, se caler correctement en position assise et ouvrir grand ses yeux. Le parapente allie le confort de la position à l’émerveillement le plus total. Le paysage se laisse embrasser à 360° au gré des rotations de la voile, les Bauges, le Granier, Albertville…, et un tapis boisé de conifères vert soutenu s’étend à nos pieds. Plus nous montons, plus nous perdons des degrés, et à une vitesse de 40 km/h, la petite laine n’est pas de trop…

Les parapentes se croisent, virent, passent l’un sous l’autre dans un ballet aérien et multicolore fascinant. Aucune peur, pas d’adrénaline ni d’appréhension, le vol donne la sensation d’un toboggan suspendu, d’une balançoire céleste. Quelque 30 minutes – et légères turbulences – plus tard, le sol se rapproche avec lenteur, le patchwork de champs colorés aux veines bitumées se précise, et nous atterrissons dans les hautes herbes.

Merci à Philippe qui a assuré le vol, merci à Alix qui m’a permis de le faire. Et à ceux qui auraient quelque appréhension à tenter l’expérience, n’hésitez pas, sautez le pas et laissez-vous simplement porter.

Résultat de l’étape de la coupe du monde de parapente de la Paragliding World Cup

Hommes

– 1 : Luc Armant
– 2 : Julien Wirtz
– 3 : Ulrich Prinz
– 4 : Torsten Siegel

Femmes

– 1 : Meyl Delferriere
– 2 : Seiko Fukuoka Naville
– 3 : aurie Genovese
– 4 : Yael Margelisch


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *