livres
L’heure du conte - © BB

“L’heure du conte”, un moment privilégié pour vos enfants

par

“L’heure du conte”, organisée par la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry, est un moment privilégié, qui fait le délice des enfants mais aussi de leurs parents…

“L’heure du conte”,

un moment privilégié pour vos enfants

à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry

 

Nous avons assisté à une séance de “L’heure du conte”, organisée par la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry. Ces séances gratuites au cours desquelles, un conteur raconte pendant une heure des contes, font le délice des enfants présents mais aussi de leurs parents !

Dans une atmosphère chaleureuse, l’équipe dynamique et sympathique des bibliothécaires du secteur jeunesse au 3ème étage de la médiathèque, accueille aussi bien les adultes que les enfants à faire une parenthèse enchantée et à rentrer dans le “merveilleux” pour quelques instants.


Rencontre avec Solange Redinier, bibliothécaire du secteur jeunesse de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry

 

Yolande Demir, la conteuse présente lors de l'interview réalisée pendant la séance "l'heure du conte" à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau. Pour plus d'informations voir son site www.kamishibayol.com - © BB

Yolande Demir, la conteuse présente lors de l’interview réalisée pendant la séance “l’heure du conte” à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau. Pour plus d’informations voir son site www.kamishibayol.com – © BB

L’heure du conte - © BB

BB, 123 Savoie : Comment la médiathèque de Chambéry, a eu l’idée de faire des séances hebdomadaires de lecture de contes ?
Solange Redinier 
: Cette idée est venue, suite à une très vieille histoire qui concerne une dame qui s’appelle Geneviève Patte, dans les années 70 à la Bibliothèque de “l’heure joyeuse” à Paris, qui a eu l’idée de remettre de l’oralité dans les bibliothèques. Ici, à Chambéry la médiathèque existe depuis 1992 et quand le secteur “jeunesse” a existé pleinement, nous avons voulu instaurer des “heures du conte” assez régulières, de façon à vraiment fidéliser le public. Ces séances se déroulent à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau, tous les mercredis et tous les samedis de 16h à 17h. Il y a très peu de bibliothèques en France qui ont deux séances de “l’heure du conte” par semaine comme celles que propose la médiathèque de Chambéry. “L’heure du conte”, existe à Chambéry depuis 1993, année au cours de laquelle, une grosse manifestation a été organisée et suite à celle-ci, la médiathèque Jean-Jacques Rousseau a vraiment instauré le rendez-vous régulier chaque semaine de “l’heure du conte”. La mise en place de ces séances est née d’une volonté des bibliothécaires, qui ont été soutenu sur ce projet par la Direction de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau. Il faut savoir qu’il y a un budget qui est alloué à cette animation, puisque les “conteurs” qui interviennent sont rémunérés. Mais il y a aussi des bibliothécaires qui racontent des histoires au cours de certaines séances et puis la médiathèque fait appel à des “conteurs” professionnels et semi-professionnels c’est-à-dire des gens qui ont un autre métier et animent ces séances parce qu’ils aiment ça et qu’ils ont quand même un certain niveau, car raconter des histoires ne s’improvise pas.

BB, 123 Savoie : Ces séances sont-elles gratuites ?
Solange Redinier : Oui

BB, 123 Savoie : A quel public vous adressez vous?
Solange Redinier : Nous recevons des enfants de tout âge mais dans l’idéal c’est à partir du moment où l’enfant maitrise le langage, c’est-à-dire à partir de deux ou trois ans. Il faut en effet, que l’enfant soit capable de comprendre tous les mots de l’histoire afin qu’il puisse suivre au mieux celle-ci. On a instauré, récemment une nouvelle séance au sein du secteur “jeunesse” de la médiathèque, il s’agit des “racontines”, pendant lesquelles on fait des séances de lecture, de jeu de l’oie, de chansons,…pour les tout-petits, c’est-à-dire les enfants de moins de 3 ans. Ces séances ont lieu le mercredi et le samedi à 10h30.

BB, 123 Savoie : Des enfants certes, mais aussi de plus en plus d’adultes assistent à ces lectures de contes …est-ce un besoin de rêver et de se détacher de la réalité qui peut parfois être difficile dans le monde actuel ?
Solange Redinier : Oui, beaucoup d’adultes en effet ! Alors je pense que depuis 1993, les bibliothécaires ont fait un travail d’éducation à l’écoute des histoires et quelquefois, je me dis que les parents qui sont là, sont peut-être les enfants que nous avons eu dans les années 90…et puis, je pense que c’est aussi un moment de partage, les histoires et ce que véhicule le conte, ce sont des émotions et ces émotions si on peut les partager avec un parent, des grands-parents c’est encore plus fort ! Du coup, les parents restent avec les enfants lors de ces séances pour vivre ce moment avec eux et puis ils prennent vraiment du plaisir, car nous le voyons aussi dans leur façon de participer aux séances de contes. On sent qu’ils sont vraiment impliqués. C’est aussi un moyen pour eux, de quitter pour quelques instants la réalité et de rêver en partant dans un autre monde, un autre univers…

BB, 123 Savoie : Quels types de contes lisez-vous lors de ces séances hebdomadaires ?
Solange Redinier : Si le département “jeunesse” a une exposition en cours, nous demandons aux conteurs d’adapter leurs séances avec des contes en rapport avec celle-ci. Mais sinon, nous laissons libre choix à la personne qui anime la séance de choisir elle-même ces contes en fonction de l’âge des enfants qui participent à la séance. Le fait est, que depuis quelques années le public est de plus en plus jeune, avec des enfants de deux ou trois ans, c’est pour cela que nous avons demandé aux conteurs de choisir des histoires pour les plus petits, car ce n’est pas les mêmes histoires que l’on raconte à des enfants qui ont sept, huit ou dix ans.

BB, 123 Savoie : La lecture publique de contes, c’est un peu la tradition orale des « veillées » de nos ancêtres ? Qu’en pensez-vous ?
Solange Redinier : Oui tout à fait, cela date du retour de l’oralité dans les bibliothèques grâce à Geneviève Patte dans les années 70, mais aussi dans les années 90 où il y a une mode qui est revenue concernant les récits de vie. En fait, moi j’ai envie de vous reprendre concernant les mots employés dans votre question, car il ne s’agit pas de lecture de conte mais de raconter des contes…et raconter cela veut dire que l’on est détaché du texte original, on s’est approprié le texte, pour le raconter à sa façon. De même, vous faites référence aux veillées de nos ancêtres, et dans ces veillées, il y avait une grand-mère qui racontait une histoire et puis cette histoire est rentrée dans l’oreille de la maman, qui a son tour allait la raconter quand le moment était venu à ses enfants. Les contes, c’est ça leur histoire, c’est qu’ils ont été véhiculés de bouche à oreille depuis la nuit des temps !

BB, 123 Savoie : En cette période d’avant “noël”, allez-vous avoir une thématique “contes de noël” qui va être abordée sur les prochaines séances de lecture ?
Solange Redinier : Oui, il y aura une thématique de noël qui sera abordée lors des trois ou quatre séances juste avant noël, vers mi-Décembre. A savoir, qu’il n’y pas de contes de noël, car noël est une fête chrétienne et les contes datent de bien avant cette période. Donc, ça sera des histoires du froid, des histoires de solidarité avec les animaux, des histoires qui tournent autour de l’hiver.

BB, 123 Savoie : Le “conte” fait-il encore rêver les enfants de nos jours ?
Solange Redinier : Oui évidemment, il n’y a qu’à voir l’exploitation qu’en fait Walt Disney, à qui on peut quand même rendre hommage car il a fortement participé à la sauvegarde de certains contes en les rendant célèbres auprès du grand public en faisant en sorte qu’ils ne soient pas oubliés. Tout ce qui est arrivé après avec les romans pour enfants et adolescents dans le domaine de la littérature héroïque fantastique comme Harry Potter par exemple, tout ce “merveilleux” décrit dans ces romans a emprunté aux contes avec les sorcières, les potions magiques, les dragons,…et puis le conte nous parle de choses très très anciennes qui constituent l’histoire des hommes et quand on écoute un conte, ça nous renvoie à une mémoire archaïque des émotions. On touche à des sujets forts avec les contes.

BB, 123 Savoie : Est-ce que ces lectures amènent le jeune public à l’envie de lire et au plaisir de la lecture ainsi qu’à son apprentissage ?
Solange Redinier : Oui, car ce qui donne envie de lire c’est l’histoire, c’est le plaisir de lire de belles histoires, ce que nous essayons de transmettre au travers du conte c’est le plaisir de se laisser emporter par une histoire et à partir du moment où on a découvert ce plaisir-là, il va falloir apprendre le long travail de déchiffrage de l’écriture, donc pour moi il y a vraiment un lien.

BB, 123 Savoie : Les enfants qui assistent à ces lectures repartent-ils après ces séances en empruntant des livres à la médiathèque pour les lire chez eux ?
Solange Redinier : Oui, bien sûr car il faut savoir que la médiathèque est gratuite pour tous les enfants jusqu’à 18 ans, c’est-à-dire qu’ils peuvent emprunter des livres gratuitement jusqu’à leur majorité.


Pour plus d’informations

Pour plus d’informations sur les dates et horaires des prochaines séances, vous pouvez aller sur le site des bibliothèques municipales de Chambéry.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *