actualités
Lycée Monge, Atelier - © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Les élèves du lycée Monge à Chambéry relèvent un défi

par

L’aéroport Chambéry Savoie a lancé le projet d’une maquette grandeur réelle d’une soute à bagages, les élèves du lycée Monge à Chambéry relèvent le défi…

Les élèves du lycée Monge relèvent un défi

 

Image d'illustration

Image d’illustration

Porte d’entrée des stations de sports d’hiver, des stations thermales et des plus grands lacs de France, l’aéroport international de Chambéry Savoie bénéficie d’un emplacement stratégique idéal. Chaque hiver, la région accueille plusieurs millions de touristes, notamment à destination des 110 stations de ski et de la région.

A l’approche de la saison d’hiver, cette particularité saisonnière implique un démarrage intense et une augmentation considérable du nombre de vols. En conséquence le nombre de collaborateurs est multiplié par 7 passant de 36 à près de 300 personnes qui doivent être formées. Pour assurer la saison hivernale à l’aéroport Chambéry Savoie, 250 recrutements saisonniers sont nécessaires. Ceci implique donc une formation de grande ampleur pendant les mois d’octobre et de novembre précédents.

Pour tous les métiers, d’escale ou de la piste, les formations sur les procédures d’exécution des missions et de la sécurité sont indispensables. C’est pourquoi la formation au sein de l’aéroport Chambéry Savoie y est prépondérante et représente un vrai temps fort dans l’année, avec environ 15 parcours et 6.500 h de formations effectuées. Actuellement, la formation pour les métiers de bagagiste et d’assistant avion est une véritable problématique pour l’aéroport. En effet, ces métiers dont les missions sont respectivement d’assurer les opérations de manutention des bagages ainsi que toutes les opérations de service à l’avion (guidage, branchements électriques, dégivrage) nécessitent de nombreuses heures de mise en pratique.

Une maquette d’un fuselage d’avion grandeur nature…

Image d'illustration

Image d’illustration

Image d'illustration

Image d’illustration

L’aéroport Chambéry Savoie ne recevant des lignes régulières qu’à partir de décembre, les agents ne peuvent s’exercer sur de véritables structures. Le projet de réaliser la maquette d’un fuselage d’avion grandeur nature prend alors tout son sens, pour tous les agents qui se trouvent régulièrement confrontés aux problèmes d’inclinaisons du fuselage et de positionnement de l’escalier.

A l’arrivée d’un avion, les agents de la piste s’affairent autour de l’appareil afin de réaliser toutes les tâches de vérification, d’entretien et de manutention. Les passagers doivent pouvoir rejoindre le terminal, les bagages doivent être remis, l’avion doit être vérifié, chargé mais aussi dégivré pour assurer un décollage optimal. La maquette aura donc pour avantage de permettre aux agents de s’entraîner dans des conditions réelles :
Embarquement et débarquement des passagers dans l’avion. Placer correctement l’escalier mobile. Difficultés : prendre en compte le type d’appareil pour estimer la hauteur de placement de la passerelle et éviter les risques de collisions.
Dégivrage de l’avion. Pulvériser un produit dégivrant : étape indispensable pendant l’hiver pour que la surface de l’avion soit parfaitement lisse au décollage. Difficultés : pulvériser de manière précise et homogène le produit dégivrant particulièrement sensible aux conditions thermiques et météorologiques.

Ces missions réalisées par les bagagistes et assistant avion sont indispensables à la gestion des appareils et du trafic des passagers. Ils certifient une sécurité optimale. La possibilité de s’exercer est à la fois indispensable pour la sécurité, mais aussi d’un point de vue économique : heurter le fuselage d’un avion engendre des coûts importants et nécessite l’immobilisation de l’avion pour sa réparation. Les enjeux sont donc conséquents pour l’aéroport. Dès novembre 2015, grâce à la maquette, toutes ces missions pourront être répétées.

Maquette d’une soute à bagages…

Suite à la maquette du fuselage, l’aéroport Chambéry Savoie souhaite renouveler le projet avec une maquette d’une soute à bagages. Les agents pourront alors être formés au placement du tapis bagages à la soute, au rangement des bagages ainsi que les gestes et postures à respecter pour une manutention manuelle des charges lourdes. Le 2 juillet 2015, la validation technique est entérinée mais le challenge reste de taille car la livraison pour mi-novembre est impérative et le délai très court.

Les élèves du lycée Monge à Chambéry relèvent le défi

Lycée Monge - © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Lycée Monge – © Sergio Palumbo – 123 Savoie

Lycée Monge, Atelier - © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Lycée Monge, Atelier – © Sergio Palumbo – 123 Savoie

La section professionnelle du Lycée Gaspard Monge à Chambéry compte parmi les principales formations de techniques d’usinage, de chaudronnerie, d’électrotechnique et de maintenance industrielle. Une vingtaine d’élèves de BTS et bac professionnel, accompagnés de leurs professeurs travaillent en un temps record afin de mettre les plans en perspective et que cette maquette voit le jour.

Le projet a débuté en septembre pour les élèves du Lycée Monge. Cependant les professeurs étudient les plans depuis déjà quelques mois. Ce projet ambitieux est porté par 3 classes du lycée et leurs professeurs :
– Terminale bac professionnel technicien en chaudronnerie industrielle ;
– 1ère année de BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle ;
– 2ème année de BTS construction métallique.

Les élèves de bac professionnel doivent :
– prendre en compte le problème industriel, les solutions proposées et comprendre le travail à réaliser ;
– présenter et transmettre les éléments collectés ;
– formuler des propositions techniques.


Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *