livres
Les Enfants du Mont-Blanc

Les Enfants du Mont-Blanc

par

Deux voies d’accès mènent au Mont-Blanc : l’une par Chamonix, l’autre par Saint-Gervais. Les guides de Saint-Gervais ont joué un rôle déterminant dans la conquête du toit de l’Europe et continuent à sécuriser son accès…

Les Enfants du Mont-Blanc

De Dominique Potard et Julien Pelloux
Préface de Michel Serres
Aux Editions Guérin

Les Enfants du Mont-BlancDepuis un siècle et demi, ils arpentent le massif, tracent des voies, construisent des refuges et initient de grands projets au Mont-Blanc. En racontant leur histoire, Dominique Potard et Julien Pelloux nous plongent dans l’intimité d’une vallée dont le destin s’est composé dans la proximité du géant de glace et de roches.

Les 150 ans de la Compagnie des Guides de Saint-Gervais, c’est 150 ans d’histoire fondée sur un attachement sincère à la montagne, à leur montagne, la transmission d’une passion de génération en génération marquée par des exploits et des drames, tel le Malabar Princess en 1951.

Environ 348 pages et 200 photographies


 

Julien Pelloux, Guide de haute montagne, historien, co-auteur du livre


Pourquoi ce livre, “Les Enfants du Mont-Blanc” ?
Lors de l’inauguration de la maison forte de Hautetour à Saint-Gervais, nous avons créé un musée des guides. Pour ce faire, j’ai mené une enquête d’un an, collecté 3.000 photos d’époque et recueilli les témoignages d’une trentaine de familles de guides. Et pour partager les moments forts de ces histoires, j’ai eu l’idée de ce livre. C’est Dominique Pottard, écrivain et guide, qui raconte ces tranches de vie au travers des éléments historiques que je lui ai fournis.

Comment est né le métier de guide à Saint-Gervais ?
D’abord chasseurs de chamois ou cristalliers, les montagnards sont devenus guides malgré eux pour répondre à la soif de conquête de quelques aventuriers et des premiers touristes britanniques. Dès la fin du XVIIIème siècle, la voie d’accès par Saint-Gervais (via l’aiguille du Goûter, voie Royale) est préconisée par le docteur Paccard. Les premières tentatives sont sans succès. En 1786, le docteur Balmat atteint le sommet du Mont-Blanc par Chamonix. Saint-Gervais tombe un temps dans l’oubli. L’ouverture de la voie Royale par Saint-Gervais via l’Aiguille du Goûter en 1855, plus sportive et aérienne, attire alors une clientèle aisée et sportive qui va pousser les guides à se structurer.

Pourquoi les guides ont-ils créé leur propre compagnie ?
Contrairement à la compagnie de Chamonix, régie par un tour de rôle strict, les touristes britanniques peuvent choisir leur guide à Saint-Gervais. Quand on connait la nature de la relation entre le guide et son client, c’est important ! Au-delà des avantages commerciaux, la compagnie permet aux guides de passer leur diplôme et de disposer d’une caisse de secours en cas d’accident ou de maladie. Une tradition solidaire qui se perpétue encore aujourd’hui.

Quelle est la spécificité des guides de Saint-Gervais ?
A l’origine, les guides étaient des hommes du terroir. Charpentiers ou paysans, ils abandonnent la faux ou le marteau pour saisir leur piolet et emmener des gens en montagne. Ils y trouvent un complément de ressources à leurs activités. Un modèle ancestral qui a conduit les Saint-Gervolains à devenir guide de père en fils ; des dynasties entières de guides sont nées de cet ancrage familial et géographique. Malgré l’évolution sociologique et la professionnalisation du métier, de nombreux jeunes guides de la compagnie sont encore aujourd’hui les descendants de ces pionniers. Ils sont les garants de la culture montagne, une “culture montagne” qu’ils souhaitent partager avec leurs clients.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *