livres
Louis I, II, III… XIV…

Louis I, II, III… XIV… pourquoi des numéros ?

par

Les historiens ont très peu étudié la numérotation des rois de France, jusqu’au jour où Michel-André Levy, un passionné d’histoire, s’est penché dessus…

Louis I, II, III… XIV…

L’étonnante histoire de la numérotation des rois de France…

 

De Michel-André Levy
Aux Editions Jourdan

Louis I, II, III… XIV…La numérotation des rois de France est un sujet surprenant, que les historiens ont très peu étudié. Pendant des siècles les rois étaient nommés sans le numéro que nous leur connaissons aujourd’hui. Ce fut le cas pendant la plus grande partie du Moyen-âge, et Saint Louis était ainsi pour ses contemporains le Roi Louis et non pas Louis IX. Et pourtant Louis XIV était connu de son vivant avec ce numéro XIV. Que s’est-il passé entre temps ? Qui a numéroté les rois de France ? Pourquoi ? Comment ?

Alors que nous célébrons le 300e anniversaire de la mort de Louis XIV, nous ne savons pas précisément d’où vient ce numéro XIV. Michel-André Lévy s’est posé cette drôle de question et s’est lancé dans une véritable enquête pour reconstituer le processus de mise en place de ces numéros. Il démontre ainsi que le système utilisé aujourd’hui est le fruit d’un long cheminement, d’hésitations, d’erreurs, et de choix, qu’il est passionnant d’essayer de comprendre. Parfaitement abordable par un néophyte, le livre reprend les éléments nécessaires à une bonne compréhension du contexte historique pour évoquer des aspects méconnus de l’histoire de France, ainsi que la manière dont elle a été écrite.

A l’origine du livre : un oubli

Tout est parti de Charles le Gros, ce descendant de Charlemagne qui a régné entre 884 et 888. Parmi les rois qui l’ont précédé on trouve Charles II le Chauve, et parmi ceux qui l’ont suivi Charles III le Simple. Charles le Gros n’est donc pas numéroté ! Pourquoi cet oubli ?

Pour mener son enquête, Michel-André Lévy utilise les très rares passages d’ouvrage d’historiens traitant de ce sujet, mais il s’appuie surtout sur des sources originales, les chroniques écrites par les historiens médiévaux, et qui constituent les premiers embryons de l’histoire de France. Ainsi, il repère que dans la version latine de l’Histoire des premiers rois Francs de Grégoire de Tours, les rois ne sont pas numérotés. Pas plus que dans le Liber Historiae Francorum (livre de l’Histoire des Francs) composé au début du VIIIème siècle.

Les chroniques, lettres et actes officiels contenus dans Le Recueil des Historiens des Gaules et de la France, une compilation de sources historiques couvrant la période qui va des Gaulois jusqu’au milieu du XIVème siècle constituent une autre source essentielle pour la période médiévale. Ils permettent de savoir avec certitude comment les chroniqueurs du Moyen-âge nommaient les rois, ceux qui régnaient à leur époque comme ceux des siècles précédents.

“Les Carolingiens avaient recours pour nommer leurs enfants mâles à un choix très limité de cinq prénoms”

Des surnoms avant la numérotation

Pour mieux organiser le passé, la première solution mise en œuvre par les chroniqueurs fut de donner des surnoms aux rois homonymes. Certains ont même été attribués quelques siècles après la mort d’un roi. C’est avec les Carolingiens qu’ils apparaissent. C’est le cas pour Charlemagne, Carolus Magnus (Charles le Grand), dont le nom intègre le surnom. Ou bien pour son père Pépin le Bref, son grand-père Charles Martel, ainsi que pour ses descendants.

Mais les surnoms ne suffisent pas à distinguer entre eux les rois homonymes. Certains chroniqueurs avaient donc du mal à s’y retrouver s’agissant des règnes déjà anciens et de nombreuses confusions apparaissent d’ailleurs dans les chroniques puisque sans l’aide des numéros, il est facile de s’égarer dans les désordres des dynasties.

De plus cette solution trouve vite ses limites car on ne peut pas inventer à l’infini des surnoms différents et il est surtout difficile d’en donner un à un roi depuis longtemps disparu et dont on ne sait pas grand-chose. C’est pourquoi certains historiens se sont tournés vers la numérotation qui, en plus d’identifier les rois, permet de les ordonner. Les premières traces de numéros attribués aux rois apparaissent au Xème siècle, mais cette pratique ne commence à véritablement s’organiser qu’à la fin du XIIIème siècle.

Charles V, premier roi numéroté de son vivant

Charles V, premier roi numéroté de son vivantRégnant pendant la Guerre de Cent Ans, Charles le Sage (pour nous Charles V) va assumer un rôle fondateur en étant le premier roi de France à porter son numéro de son vivant. Ainsi figure sur son tombeau l’inscription : Ici git Charles le Quint, sage et éloquent, fils du roi Jean, qui régna seize ans, cinq mois et sept jours… Le choix du numéro V de Charles le Sage est la clef du mystère pour Charles le Gros. S’il n’a pas de numéro, c’est qu’une fois Charles le Sage numéroté V il ne restait que quatre numéros à attribuer aux cinq Charles qui l’avaient précédé sur le trône.

Un siècle plus tard, Louis XI fixera la numérotation des Louis. Ce n’est pas anodin car il entérine ainsi la distinction entre les prénoms Clovis et Louis. Ce choix a une dimension politique importante et il aura longtemps fait l’objet de véritables manipulations visant à réécrire l’histoire des dynasties royales.

Comment choisit-on le prénom du roi ?

Cette question est abordée à plusieurs reprises à l’occasion de ce parcours à travers l’histoire des dynasties du royaume. On apprend par exemple que les Carolingiens avaient recours pour nommer leurs enfants mâles à un choix très limité de cinq prénoms : Carloman, Charles, Lothaire, Louis et Pépin. Puis le hasard a voulu que pendant plusieurs générations les enfants prénommés Pépin meurent tous prématurément tandis que tous les Louis atteignaient l’âge adulte (à une époque où ce n’était le cas que d’un enfant sur deux dans les familles de ce type). C’est ainsi que le destin a fait de Louis un prénom royal et prestigieux pendant que le prénom Pépin disparaissait des arbres généalogiques.

Saviez-vous qu’Henri III est le seul roi de France à avoir changé de prénom, pour prendre celui de son père au détriment d’Alexandre ? Saviez-vous que Charles X se serait prénommé Louis sans l’intervention d’une voyante ?

Vous vous êtes peut-être déjà demandé : Pour quelles raisons politiques Henri IV a-t-il prénommé son fils Louis ? Comment se fait-il qu’après celui-ci toute une série de Louis se succède ? Pourquoi Louis XVII, qui n’a jamais régné, est-il numéroté et donc « homologué » comme roi de France ?

Toutes les réponses sont dans le livre de Michel-André Levy, passionné d’Histoire, et ancien élève de l’Ecole Polytechnique.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *