église
vierge dorée de Myans © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Notre-Dame de Myans

par

Le texte le plus ancien où il est fait mention de Myans, est le Cartulaire de Saint Hugues, évêque de Grenoble, au XIIème siècle…

Origines de Notre-Dame de Myans

Le texte le plus ancien où il est fait mention de Myans, est le Cartulaire de Saint Hugues, évêque de Grenoble, au XIIème siècle.
Il semblerait qu’avant cette période, s’y trouvait successivement un temple romain puis une chapelle dédiée à la Vierge Marie. Ce site prit de l’importance suite à un événement géologique de première importance.

La Vierge noire La vierge dorée une alcove

 

Dans la nuit du 24 Novembre 1248, le Mont Apremont s’effondra. On lui donnera le nom de l’un des villages disparus : le Mont “Granier”.

Cinq paroisses furent détruites : Granier, Cognin, Vourey, Saint-Pérange et la capitale religieuse de l’époque, Saint-André, siège du Décanat de Savoie. Il y aurait eu 4.000 morts. C’est la catastrophe la plus importante dans les Alpes qui serait due à une secousse sismique, suivie par un glissement de terrain. Cet amas de blocs est nommé depuis “Abymes”.

On dispose de plusieurs récits s’étalant de 1250 à 1283, relatant la catastrophe, les auteurs sont les suivants :
• Etienne de Bourbon, moine dominicain.
• Matthieu Paris, moine franciscain.
• Martin le polonais, moine dominicain.
• Des frères Prêcheurs, moines dominicains.
• Gérard de Frachet, moine dominicain.


Le Mont Granier aujourd’hui

Mont Granier Mont Granier Mont Granier

Cliquez-ici pour voir la galerie complète sur notre photo-blog.


Les faits :

A la suite de pluies importantes, le Mont Granier  (à l’époque, appelé Mont Apremont) aurait emmagasiné de grandes quantités d’eau dans sa partie basse. Celle-ci devenue trop lourde, se mit à glisser emportant avec elle une partie de la falaise rocheuse. La force déployée par cette catastrophe fit évaporer une partie de l’eau contenue dans l’éboulement. Cette vaporisation sous le glissement a joué le rôle de moteur à réaction et a emporté la coulée sur un coussin de vapeur, ce qui explique la largeur de la coulée et sa rapidité. Mais comme par miracle l’effondrement fut stoppé au pied de la chapelle de la Vierge Marie à Myans où des moines priaient en attendant l’inévitable.

L’éboulement recouvrit une superficie de 20 km², soit 8,5 km de long et 5,2 km de largeur. Ce qui représente 150 millions de mètres cubes pour un poids évalué à 1 milliard de tonnes.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *