actualités
Rafles d’enfants en 2015

Rafles d’enfants en 2015, de Sylvie Castro

par

Bon nombre d’enfants sont placés abusivement. Ce livre est un plaidoyer pour que les enfants soient rendus à leurs parents aimants et le plus vite possible…

Rafles d’enfants en 2015

 

De Sylvie Castro
Aux Éditions Egalite

Rafles d’enfants en 2015“Après avoir terminé mon livre “Espoir aux Frontières de l’Irréparable”, j’ai mesuré l’incroyable dysfonctionnement des services sociaux et de la justice. J’ai été mise en contact avec des associations qui viennent au secours de familles dont les enfants sont placés abusivement. La première victime avec qui j’ai été en contact est Isabelle à qui les services sociaux ont pris 4 petites filles, la dernière avait à peine un an. Non elle ne buvait pas, n’était pas violente, ni incestueuse, son mari non plus. Le médecin de famille, le maire de la commune, les voisins n’ont pas compris.

Comment cela est-il possible ? Ce livre vous révélera les souffrances cachées d’une France qui entretient à coup de milliards une institution plus maltraitante que protectrice avec la bénédiction d’une justice qui n’en a plus souvent que le nom puisque d’autres enfants non protégés à temps finiront au cimetière.

Les enfants sont souvent enlevés suite à des signalements qui ressemblent à ces dénonciations de la dernière guerre. Les motifs élaborés de faux et présentés de façon à ce que le juge prenne une décision de placement : incroyable mais vrai, nous avons des preuves que chaque famille et association pourra vous fournir : des faux, des dénis de justice à l’envie.

J’ai pu vérifier encore une fois qu’en France la parole de l’enfant est presque toujours méprisée de façon criminelle et des enfants sont confiés au parent maltraitant dès leur plus jeune âge. Ne confiez jamais vos enfants aux services sociaux, car vous risquez d’attendre leur majorité pour les récupérer”, Sylvie Castro.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 1 commentaire

Avatar de l'utilisateur HABILE
Très bon livre et une triste réalité dénoncé. L'Etat français donne des leçons et dénonce les groupuscules terroristes et les Boko Harams , mais il agit de ma même sorte. En France, on fabrique des Medhi Nemouche, des Kouachi et bien d'autres ... tous issus de foyer où les violences sont leur train de vie. Il y a vraiment un triste commerce des enfants en France soutenu par les institutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *