concerts & spectacles

Rock’n Poche Festival 2018

par

Le Rock’n Poche Festival à Habère-Poche est l’un des plus gros festivals de musiques actuelles en Auvergne-Rhône-Alpes. Rendez-vous est donné…

Rock’n Poche Festival 2018 à Habère-Poche

– les 27 et 28 juillet 2018 à Habère-Poche –

Niché au pied des alpages Haut-Savoyard, dans le village d’Habère-Poche, Le Rock’n Poche programme 16 groupes de musiques actuelles sur deux soirs, dans une ambiance de fête et de haute convivialité.

Reconnu comme l’un des cinq plus gros festivals de musiques actuelles de Rhône-Alpes, le Rock’n Poche a acquis une notoriété régionale à nationale. Accueillant 11.000 personnes sur 2 jours, cette manifestation a acquis sa réputation par sa qualité musicale, et également pour son organisation, l’accueil du public et l’ambiance festive qu’il y règne chaque soir.

Une programmation de qualité

Côté programmation, nous avons toujours misé sur des groupes qui ont forgé leur réputation sur scène. Nous avons voulu privilégier la qualité, donnant à nos soirées une forte authenticité musicale où règne éclectisme et ambiance festive. Tous les artistes s’accordent à dire que le rapport scène public est chez nous incomparable. Autre particularité, le Rock’n Poche s’autofinance à 88%, grâce à un investissement massif des bénévoles et un état d’esprit qui prône le fait maison, les circuits courts et l’achat local.

Au programme

Vendredi 27 juillet

Logar – Scène régionale : Intimiste, rêveuse, nostalgique mais jamais triste, parfois enjouée sans être légère, la folk de Logar nous berce et nous transporte à travers les grandes joies, les doutes, les peines mais aussi les petits bonheurs que peut comporter une année.

Féfé

Féfé – Grande scène : L’ancien membre de Saïan supa crew a fait du chemin depuis son premier album solo en 2010, où Jeune à la retraite et Dans ma rue furent des tubes radiophoniques. Il revient avec Mauve en 2017, et impose un genre, le sien. Féfé c’est des textes puissants puisés dans son parcours musical et ses origines Yorouba et une musique rythmée, multiple, dansante, qu’il aime à partager sur scène, ses sets sont des cadeaux qu’il partage avec un public forcément sous le charme !

Pitt Poule : Scène régionale : Ça Hip, ça Hop, ça Jazz, ça Manouche, finalement c’est bizarre, c’est pas comme d’habitude, ça change beaucoup, ils ont l’air sympa les petits jeunes, mais ils sortent d’où un son pareil, ce style “Chanson Hip Hop Manouche “? On est bien là pour se poser la question, en attendant, à voir comment ils se sont imposés un peu partout, on est en droit de se dire qu’il y a à creuser de leur côté.

Danakil

Danakil – Grande scène : Pure représentant du reggae roots francophone, Danakil a su renouveler ses propositions musicales après plus de 17 ans d’activisme musical. Bien ancré dans l’air du temps, avec une musique métissée, un humanisme sincère et le désir de dire les choses comme elles viennent, pour faire entendre une voix différente, Danakil fait partie aujourd’hui des formations reggae référentes en France.

Erotic Market – Scène régionale : Le duo est devenu un solo qui repose désormais sur les épaules de son estimable et bouillonnante frontwoman, Rosemary Martins. La chanteuse-compositrice n’est pourtant pas si seule que ça dans l’aventure : elle s’est attachée les services de sorciers du groove, les lyonnais Flore, prêtresse de la bass music, Bonetrips fournisseur de beats puissants et accidentés et Nicolas Taite, batteur surdoué du groupe.

Matmatah – Grande scène : Après 9 ans d’absence, les brestois de Matmatah sont revenus sur scène depuis le printemps 2017, provocant des concerts sold out dès leur annonce. Très attendu ils l’étaient, car représentant d’une scène française qui a commencé son cheminement il y a 20 ans pour interpeller, pour mobiliser autour d’une musique rock et festive. En 2018, ils n’ont rien perdu de leur rage et de leurs convictions et ils seront au Rock’n Poche.

Radio Kaizman – Scène régionale : Une rythmique puissante, une section cuivre colorée par deux flûtes, des chanteuses et un rappeur, les 8 musiciens de Radio Kaizman portent avec énergie une musique originale, Groove explosif, mélange d’influences multiples du Jazz au Hip-hop.

Mat Bastard – Grande scène : L’ex leader de Skip the use a fait le choix de repartir de 0, en son nom seul ! Le résultat est évidemment à la hauteur du personnage : puissant, énergique, efficace ! Loov sorti en 2017, reprend des influences punk rock de Skip the use, mais insuffle un son très californien avec des textes cinglants sur sa vie américaine, la société et le féminisme. Mat est un leader de la scène française tantôt artiste, tantôt producteur, il propose depuis 2008 une autre voie, et on lui dit merci !

 ==============

Samedi 28 juillet

Texas Menthol – Scène régionale : Pour l’amour du love en comic strip et des nuits lyonnaises, pour l’amour des filles, de Daho, des aventures pétées. Deux copains de 10 ans dedans des corps pas de 10 ans. Deux micros, deux synthés, deux t-shirts blancs.

Tshegue

Tshegue – Grande scène : Entre rythmes afros, rock et transe, Tshegue propose une musique en phase avec notre époque. Porté par Faty et Dakou, le groupe a publié un premier EP Survivor de quatre titres irrésistibles et sauvages, chantés soit en congolais, soit en anglais, avec un soupçon de mots inventés par la grande prêtresse Faty. Très remarqué l’été 2017 à We love green, ils amènent un souffle nouveau sur la scène afro-punk.

Païaka – Scène régionale : Les huit Clermontois tracent leur propre ligne avec The Line, nouvel album taillé pour la fête, fier de ses couleurs et riche de messages forts, plein jusque là d’un reggae hypnotique, rythmé et puissamment cuivré. Cet EP incite au lâcher prise, prend le temps de vivre, de s’installer dans son époque, avec le poids des maux asséné entre les deux yeux, et les joies légères à goûter en retour.

Chinese Man – Grande scène : Le collectif marseillais de reggae-dub-hip-hop nous offre un 3ème album qui confirme le phénomène sorti de terre au milieu des années 2000. Le son et l’image associés au duo de DJ donnent à voir un set fulgurant où le public est embarqué dans un univers propice à l’improvisation et aux formes en 3D. Sans nul doute un des meilleurs concerts à voir et à entendre !

Quai d’Orsay – Scène régionale : Le groupe est né fin 2013 d’une rencontre entre trois amateurs de rock à l’anglaise. Rejoints en 2015 par un second guitariste, il s’oriente vers un univers résolument pop tout en continuant à revendiquer ses racines britanniques. Vous ne saurez pas surpris de reconnaître certaines sonorités à la The Smith, Radiohead ou encore The Last Shadow Puppets.

Gogol Bordello – Grande scène : Mélangeant les sons électriques et une ferveur insouciante, les performances musicales et scéniques du groupe relèvent du “cabaret punk gitan ukrainien”. Dirigée par le révolutionnaire et provocateur Eugene Hutz, Gogol Bordello, rapprochement de neuf âmes gitanes rebelles, est un groupe hors norme, qui offre sur scène un spectacle festif, à classer d’après Manu entre Balkan Beat Box et Manu Chao ! On vous le dit, ce concert est inrattable, la rue des alpages va s’enflammer !

Nahaka & Wu.D’Sound – Scène régionale : Après avoir oeuvré pendant plus de 20 ans dans différents groupes de tous styles, Wu.D’Sound se lance en solo avec un premier EP. Du “Dub urbain” et électronique avec plusieurs invités de marque comme Isha Bel, WildLife ou Khoe-Wa Dub System. Il se lance dans un projet jungle/dub en duo avec le “dub live band” Nahaka plus motivé que jamais !

Jahneration – Grande scène :  Ce duo de chanteurs parisiens (Theo & Ogach) propose un univers musical efficace, qui sait convaincre les foules grâce à des mélodies accrocheuses et des paroles encourageantes, vives et remplies d’espoir. Dans l’air du temps, dynamiques et créatifs, ces deux chanteurs touchent un public large et enthousiaste, avec qui ils partagent des moments forts à chaque concert. Ils clôtureront cette 27ème édition à l’image du festival : festif et fédérateur.

Le Rock’N Poche c’est aussi…

La Rue Des Alpages

Le Rock’n Poche est connu depuis 26 ans pour son ambiance festive incomparable. Son implantation au pied des alpages, dans un écrin de verdure donne à ce festival une authenticité hors du commun. Ce festival a une âme, ce n’est donc par hasard qu’on le nomme la rue des alpages.

Boire et manger authentique

Le public peut déguster une tartiflette goûteuse et savoureuse avec des reblochons fabriqués localement. Fromage, diots et charcuterie de pays constituent nos sandwichs traditionnels. La soupe aux légumes avec des croutons et du fromage fondu est très appréciée. Au rayon sucré, les crêpes seront nappées avec des confitures produites en Vallée verte, et la traditionnelle tarte myrtille sera servie. Dans les bars sont servis du jus de pomme artisanal et de la bière au génépi.

Renseignements et tarifs : infos@rocknpoche.com / 04 50 39 54 46 

Retour sur Rock’n Poche 2017


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 1 commentaire

Avatar de l'utilisateur Rock’n Poche Festival 2016 – CityDeals Pro
[…] 1 Page 1 : Rock’n Poche Festival 2016 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.