histoire
© Sergio Palumbo - 123 Savoie

Quand Saint-Nicolas devient… le Père Noël

par

Noël est une période remplie de magie et de mystère… Mais savez-vous qui est Saint-Nicolas et quand est il devenu le Père Noël ?…

Quand Saint-Nicolas devient… le Père Noël

 

AngeCe personnage de Saint-Nicolas est inspiré de Nicolas de Myre, né au IIIème siècle à Patare en Lycie, région appelée maintenant Turquie d’Asie. Lorsque son oncle, l’évêque de Myre mourût, une petite voix recommanda aux évêques une assemblée pour désigner son successeur, afin d’élire celui qui entrerait le premier à l’église et se nommerait Nicolas. Dès lors, l’évêque Nicolas accomplit de nombreux miracles. Il fut emprisonné puis tué aux temps des persécutions sous l’Empire Romain. Il serait décédé un 6 décembre 343 et c’est pour cette raison, que l’on célèbre la Saint-Nicolas le 6 décembre.

Depuis le XIIème siècle, on raconte que Saint-Nicolas, déguisé, va de maison en maison dans la nuit du 5 au 6 décembre pour demander aux enfants s’ils ont été obéissants. Les enfants sages reçoivent alors des cadeaux, des friandises et les méchants une trique donnée par le compagnon de Saint-Nicolas, le Père Fouettard.

Saint-NicolasSaint-Nicolas, est une fête peu connue du grand public. Mais dans les régions de l’est et du nord de la France elle est tout aussi importante que Noël, si ce n’est plus, dans le cœur des enfants. Elle mérite d’être mise à l’honneur car Saint-Nicolas est le personnage qui a donné naissance au Père Noël : sans lui le Père Noël n’aurait jamais existé…. Il est le saint patron de la Lorraine et le protecteur des petits enfants et des écoliers.

La Saint-Nicolas est particulièrement fêtée dans l’est (Lorraine et Alsace), dans le nord de la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas. Tous les 6 décembre, il fait le tour de toutes les villes de Lorraine. Il distribue des friandises aux enfants et se voit remettre les clés de la ville par le maire. Chars, défilés prestigieux, feux d’artifices… Saint-Nicolas est une fête importante dans la vie culturelle de ses régions.

Quand Saint-Nicolas devient le Père Noël

Après la Réforme protestante survenue au XVIème siècle, la fête de Saint-Nicolas fut abolie dans certains pays européens. Les Hollandais conservèrent cependant cette ancienne coutume catholique. Ainsi, les petits Néerlandais continuèrent de recevoir la visite de Sinterklaas (Saint-Nicolas) la nuit du 6 décembre. Au début du XVIIème siècle, des Hollandais émigrèrent aux Etats-Unis et fondèrent une colonie appelée New Amsterdam qui, en 1664, devint New York. En quelques décennies, cette coutume néerlandaise se répandit aux Etats-Unis.

Ainsi, dans les familles chrétiennes, Saint-Nicolas fait désormais sa tournée la nuit du 24 décembre…

© Sergio Palumbo - 123 Savoie

© Sergio Palumbo – 123 Savoie

Pour les Américains, Sinter Klaas devint rapidement Santa Claus. Ce donateur attentionné, représenté sous l’aspect d’un vieillard à barbe blanche portant un long manteau à capuchon ou parfois même des habits épiscopaux, demeurait néanmoins un personnage moralisateur. Il récompensait les enfants méritants et punissait les ingrats et les dissipés.

Après plusieurs décennies, la société chrétienne trouva plus approprié que cette “fête des enfants” soit davantage rapprochée de celle de l’enfant Jésus. Ainsi, dans les familles chrétiennes, Saint-Nicolas fit désormais sa tournée la nuit du 24 décembre. Dans l’Est de la France, le culte de Saint-Nicolas et le pèlerinage à Saint-Nicolas-du-Port étaient très populaires dès le Moyen-âge. Au XVIème siècle, les réformistes, pour détourner cette ferveur populaire, privilégièrent l’image du Christkindel, de l’Enfant Jésus.

© Sergio Palumbo - 123 Savoie

© Sergio Palumbo – 123 Savoie

En 1822, un pasteur américain, Clément Clarke Moore, écrivit pour ses enfants un conte de Noël “The visit of St Nicolas”, dans lequel un personnage sympathique apparaît : le Père Noël, dans son traîneau tiré par huit rennes. Il s’inspira de Saint-Nicolas, mais le fit dodu, jovial et souriant, remplaça la mitre par un bonnet, sa crosse par un sucre d’orge et le débarrassa du Père Fouettard. L’âne fut remplacé par 8 rennes fringants. Par la suite la marque Coca Cola repris le personnage pour sa publicité et accomplit les dernières finitions pour créer le personnage actuel. Le Père Noël venait de naître, les années et les impératifs commerciaux vont considérablement modifier son image pour en faire le personnage médiatique préféré des enfants et des commerçants…

Mais à Noël : Qui fête-t-on ?

Vièrge et l'EnfantNoël, période remplie de magie et de mystère est avant tout une fête religieuse. Noël signifie en effet “nativité” et correspond, dans la bible, à la naissance du Christ. La nativité nous conte l’histoire d’un enfant prénommé Jésus, né de Sainte Marie. Dans sa ville de Nazareth, en Galilée, la Vierge reçut la visite de l’ange Gabriel, envoyé par Dieu, pour lui annoncer qu’une grâce lui serait faite, la naissance d’un fils, venu sur terre pour sauver les hommes du Mal.

C’est lors du recensement sous le règne de César Auguste, que Joseph et Marie se rendirent en terre palestinienne, à Bethléem. Là, l’enfant naquit, couché dans une crèche où mangeait le bétail. Dans la nuit, des anges annonciateurs apparurent à plusieurs bergers et leur firent part de l’heureuse nouvelle : la naissance du Sauveur. Premiers messagers à annoncer l’arrivée du Messie, les bergers reconnurent l’enfant emmailloté.

Une étrange étoile guida également trois mages (et non des rois) qui, en apercevant ce signe lumineux, comprirent que Jésus était né. Ils partirent à leur tour lui rendre hommage et lui apporter des présents en qualité de descendants des trois fils de Noé. Dans la lignée de Cham, Melchior apporta les offrandes du continent africain. Héritier de Sem, Balthazar déposa les présents des terres asiatiques. Descendant de Japhet, Gaspard incarnait les habitants de l’Europe.


L’arbre de Noël

Cette coutume serait née en Alsace au XVème siècle. Le premier sapin de Noël planté en France le fut aux Tuileries, en 1837. Il fut pour les chrétiens un “symbole de la foi qui ne meurt jamais”, un rappel aussi de l’arbre de vie dans le paradis.

L’Epiphanie

Epiphanie vient du grec et signifie “apparition” ou “manifestation divine”. Les chrétiens célèbrent sous le nom d’Epiphanie, la manifestation du Fils de Dieu au monde. Cette fête née au IVème siècle en Orient fait référence à trois événements de la vie du Christ : la visite des Mages, le baptême par Jean-Baptiste où Dieu le désigne comme son Fils, et enfin le premier signe accompli par le Christ à Cana pour manifester sa gloire. L’Epiphanie est célébrée le 6 janvier, sinon le dimanche le plus proche, par la traditionnelle galette des rois.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *