concerts & spectacles
Talisco

Talisco en concert à Samoëns

par

A l’occasion du festival Les Pepites à Samoëns, Talisco, de son vrai nom Jérôme Amandi, présentera son album Run…

Talisco en concert à Samoëns

 

Talisco

Talisco

Talisco, de son vrai nom Jérôme Amandi, est un artiste français né à Bordeaux se produisant en anglais. Il fait ses débuts en 2013 avec le single Your wish, suivi de l’album Run en 2014. Il présentera son album à Samoëns ce jeudi 27 août 2015 à 21h dans le cadre du festival Les Pepites, Place du Gros Tilleul.

Laissez tomber le guide, ses raccourcis, sa propension à tracer des lignes droites, Talisco s’aventure dans de nouvelles contrées musicales. S’enfonçant toujours plus loin dans ses expérimentations électro-folk, toujours ailleurs. Nous l’avions découvert dans les plaines americana et le folk-rock downtown, via son premier EP My Home. Depuis, le brun ténébreux à la voix d’ange a rajouté quelques cartouches à sa six cordes et pas mal de bornes au compteur. Son premier album s’intitule Run, “une illustration de l’évasion, du nécessaire départ quand tu commences à ronronner, du besoin de s’échapper“. La course folle d’un écorché vif.

Dans ce nouveau road-trip, le songwriter parisien s’est baladé dans des décors somptueux, ces étendues vierges à perte de vue qu’il se plaît à mettre en musique. Nul besoin de s’exiler au fin fond d’une grotte, c’est dans son home studio que Talisco s’est enfermé en dedans, pour accoucher de ce recueil de contes imaginaires. Sur le papier, l’auteur s’adonne aux ellipses et aux métaphores ; sur les bandes, il faut que ça cingle : “J’aime les sons arides, bruts et abîmés de la Fender Telecaster“. Mais d’ajouter aussitôt que peu importe l’arme, “en studio, je tords les sons, je les triture, les passe dans divers compresseurs, à travers de vieux préamplis, je bidouille, je bricole, je crée mes propres canevas sonores“, s’enthousiasme cet alchimiste d’un autre genre. C’est là, parmi les jacks, les micros et ses électro-légos, sur son établi multipistes, qu’il a façonné ses pépites, loin des recettes toutes faites et des discours formatés : “A quoi bon conceptualiser la musique ? Je reste dans le domaine de l’imaginaire, la rêverie, les envolées“. No logo.

Talisco - RunRun pourrait être un livre d’images. Talisco chemine dans les grands espaces, ses silences et ses midtempo hypnotiques, avant de laisser exploser cordes, beats et chants chorales quand percent enfin les lumières de la ville. Il court, Talisco, traversant les plaines western aux dentelles acoustiques et les déserts californiens qu’il troue de lézardes électriques et de réverbes vintage. Le sonwgriter saute de train en train, comme il se joue des répertoires. Il lorgne d’autres horizons, telles les briques du rock british (“Bring me back”), multiplie “les grands écarts entre l’humeur contemplative de certains titres comme la ballade “So old” j’aime planer au-dessus de la mêlée, prendre de la distance pour observer l’action se dérouler, et les atmosphères sombres mais jamais inquiétantes“.

Le clair-obscur d’un artiste éclairé, à la lumière des cocktails molotov de rock garage et des envolées lyriques à la Jeff Buckley. De quoi faire baver Tarantino pour sa prochaine B.O. sur une improbable blonde à coupe-chou, sur des pétroleuses psychopathes ou des porte-flingues de big mac. Bref, pour illustrer n’importe quel ovni cinématographique. Véritable hymne rock électro pour ados, “The Keys” pourrait être la bande-son du deuxième volet du “Kids” de Larry Clark ; la volute folk “Lovely” celle de “Into the Wild”. Enfin, dans “Reborn”, on aperçoit même ce grand « romantique épineux » (dixit Les Inrocks) sur la scène d’un improbable théâtre de banlieue rouge, balançant ses pop-corns de piano et de guitare à la face des spectateurs.

Cours, vis, monte le son. Les titres défilent, les plans séquences s’enchaînent. L’écriture emprunte au 7ème art, l’auteur, grand fan du “La légende du cavalier sans tête” de Tim Burton et du “Mulholland Drive” de David Lynch, noircit des storyboards. Et, en filigrane de ces étonnants courts métrages musicaux, cette impression de chevauchée sauvage.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *