nature et environnement
L’utilisation du procédé biologique a permis d’améliorer l’écoulement de l’eau dans le réseau d’assainissement du tunnel du Vuache, le débarrassant de ses dépôts de calcite pour au moins dix ans - © ATMB

Tunnel du Vuache, environnement préservé

par

ATMB préserve le réseau d’assainissement du tunnel du Vuache grâce à l’utilisation de bactéries…

Nettoyage du réseau d’assainissement du tunnel du Vuache

 

L’opération de nettoyage du réseau d’assainissement du tunnel du Vuache en Haute-Savoie (A40) vient de s’achever, quatre mois après son lancement. Pour maintenir le bon fonctionnement du réseau tout en préservant l’environnement, les équipes d’Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc (ATMB) innovent dans leurs pratiques en choisissant une méthode naturelle et peu ordinaire : un nettoyage grâce à des bactéries inoffensives pour l’homme comme pour la faune et la flore.

Avant l’introduction des bactéries, les réseaux d’assainissement du tunnel du Vuache avec le dépôt de calcite - © ATMB L’utilisation du procédé biologique a permis d’améliorer l’écoulement de l’eau dans le réseau d’assainissement du tunnel du Vuache, le débarrassant de ses dépôts de calcite pour au moins dix ans - © ATMB
Avant l’introduction des bactéries, les réseaux d’assainissement du tunnel du Vuache avec le dépôt de calcite – © ATMB L’utilisation du procédé biologique a permis d’améliorer l’écoulement de l’eau dans le réseau d’assainissement du tunnel du Vuache, le débarrassant de ses dépôts de calcite pour au moins dix ans – © ATMB

Non nocives pour l’environnement et très efficaces dans les endroits peu accessibles, des bactéries particulières ont été introduites dans les réseaux d’assainissement du tunnel du Vuache dès juillet dernier. Leur mission ? Digérer les dépôts de calcite qui ont tendance à se former pour permettre un meilleur écoulement de l’eau. Bien qu’implanté dans un environnement calcaire, l’ouvrage est aujourd’hui nettoyé et débarrassé de ces résidus de calcite. Avant l’opération, un état des lieux a été effectué par inspection caméra. Le tronçon à traiter a ensuite été obstrué avant l’introduction des bactéries sous forme d’une solution. Alors activées et “programmées” pour digérer la calcite, elles ont nettoyé les réseaux pendant 30 à 60 jours, selon l’importance des dépôts. La dernière maintenance de l’ouvrage réalisée en octobre, a été l’occasion de s’assurer du parfait achèvement du travail, grâce à un contrôle caméra.

L’intervention a été menée avec Alphée, une société drômoise spécialisée dans le domaine des réseaux et ouvrages enterrés.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *