Auto & Trafic
Image d'illustration

Une fiscalité écologique pour le Lyon-Turin ?

par

Le Lyon-Turin, une réponse écologique à la pollution de l’air dans les vallées alpines…

Une fiscalité écologique pour le Lyon-Turin ?

 

Image d'illustration

Image d’illustration

Dans un rapport intitulé “Pollution de l’air : le coût de l’inaction” rendu public mercredi 15 juillet 2015, la commission d’enquête du Sénat évalue à 100 milliards d’€ le coût annuel de la pollution de l’air. Ce travail, mené par les sénateurs Jean-François Husson (LR) et Leila Aïchi (EELV), souligne l’urgence des décisions pour parvenir à contenir et diminuer la pollution atmosphérique. Les parlementaires préconisent notamment “une véritable fiscalité écologique”, comme la mise en place d’une taxe sur les émissions d’oxydes d’azote et de particules fines. En France, le secteur des transports représente 59% des émissions d’oxydes d’azote et entre 16 et 19% des émissions de particules fines.

Ce rapport rejoint les conclusions du rapport rendu par le sénateur Michel Bouvard (LR) et le député Michel Destot (PS) le 13 juillet dernier, qui préconise l’instauration d’une eurovignette pour les poids lourds traversant les Alpes dans le but de contribuer au financement du projet de liaison ferroviaire fret et voyageurs Lyon-Turin. Pour Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes : “Le rapport sur la pollution de l’air souligne l’urgence des mesures à prendre en faveur du report modal, notamment dans les Alpes. La réalisation de la liaison ferroviaire entre Lyon et Turin est la condition sine qua non du transfert des marchandises de la route vers le rail dans les Alpes. Nous mesurons aujourd’hui le coût sanitaire de la pollution de l’air, bien supérieur à l’investissement que nécessite la construction du tunnel. Ces deux rapports parlementaires, émanant de différents horizons politiques, soulignent chacun à quel point le Lyon-Turin est une véritable alternative à la route et la solution d’avenir pour la préservation de la qualité de l’air, en particulier dans nos vallées alpines“.

La région Rhône-Alpes est particulièrement sujette aux épisodes de pollution de l’air, notamment dans les vallées alpines et les grandes agglomérations. C’est pourquoi le Conseil régional s’engage pour la santé des Rhônalpins en finançant par exemple Air Rhône-Alpes, organisme régional chargé de la surveillance de la qualité de l’air. Des projets de prévention sont soutenus dans le cadre des quatre Plans de Protection de l’Atmosphère (PPA), mis en place en 2012 par l’Etat, en lien avec les collectivités, dans les agglomérations de Lyon, Grenoble, Saint-Etienne et la Vallée de l’Arve. C’est le cas du Fonds Air bois, qui apporte un soutien financier aux ménages qui souhaitent renouveler leur chaudière à bois dans la Vallée de l’Arve, et qui sera bientôt étendu à l’agglomération Grenobloise.

La Région Rhône-Alpes a aussi placé l’innovation technologique au cœur de sa politique en faveur de l’environnement et de l’emploi, avec par exemple le projet HyWay (véhicules électriques à prolongateur d’autonomie à hydrogène) de Tenerrdis.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *