histoire

La chute du Mont-Granier

par

Dans la nuit du 24 Novembre 1248, le Mont Apremont s’effondra. On lui donnera le nom de l’un des villages disparus : le Mont “Granier”…

« Mais l’effondrement s’arrêta au pied de la chapelle car les démons ne pouvaient plus pousser les gravats, la Vierge Marie la protégeait »

Le récit d’Etienne de Bourbon devint au fil du temps une légende, dont voici le récit.

Eglise Notre-Dame de Myans © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Eglise Notre-Dame de Myans © Sergio Palumbo – 123 Savoie

Intérieur de l'église Notre-Dame de Myans © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Intérieur de l’église Notre-Dame de Myans © Sergio Palumbo – 123 Savoie

Le secrétaire du Comte de Savoie, Jacques Bonivard, possédait beaucoup de terres sous le Mont Granier. Mais il lui manquait les terres possédées par les moines du prieuré de Saint-André. Celles-ci lui auraient permis d’unifier et d’uniformiser l’ensemble de ses terres.

Mais les moines ne voulaient pas céder leur domaine. Bonivard alla voir le Pape, Innocent IV afin qu’il déplace les moines récalcitrants. Etant en guerre avec l’Empereur Frédéric II, le Pape accepta la requête de Bonivard. Ainsi il pensait acquérir les faveurs d’Amédée de Savoie à sa cause.

De retour en Savoie, il contraint les moines à quitter leur domaine. Ceux-ci allèrent se réfugier dans la chapelle de Myans. Bonivard, sa famille et les nobles de Saint-André firent la fête pour célébrer cette victoire.

Mais durant la nuit, la montagne se fendit. Le prieuré et ses nouveaux propriétaires furent écrasés par l’effondrement.
Les moines épouvantés prièrent la Vierge Marie, en attendant la mort. Mais l’effondrement s’arrêta au pied de la chapelle car les démons ne pouvaient plus pousser les gravats, la Vierge Marie protégeait la chapelle.

Les gens alentour ont vu là une intervention miraculeuse de la Vierge et ont commencé à venir prier devant la statue de Marie qui se trouvait là.

Lire notre article : le sanctuaire de Notre Dame de Myans


Lithographie Notre-Dame de Myans "le feu à la Chartreuse", document : Musées d'art et d'histoire de Chambéry

Lithographie Notre-Dame de Myans “le feu à la Chartreuse”, document : Musées d’art et d’histoire de Chambéry

Chroniques de Nuremberg. Document relatif à la catastrophe de la chute du Mont Granier à Myans en 1248. Document : Musée d'art et d'histoire de Chambéry

Chroniques de Nuremberg. Document relatif à la catastrophe de la chute du Mont Granier à Myans en 1248. Document : Musée d’art et d’histoire de Chambéry


Commenter 1 commentaire

Avatar de l'utilisateur CANIZAR
Vous parlez de la destruction de Cognin par l'éboulement du Mont Granier, j'ai déjà lu cette mention dans un autre ouvrage; or le Cognin actuel est beaucoup trop éloigné du Granier pour avoir été détruit. Ne s'agirait il pas plutôt de Chignin? ou alors existait il une autre commune du nom de Cognin?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.