histoire

Les crétins de Savoie

par

En décembre 1845, le roi Charles-Albert gouverne les Etats Sardes de la Savoie à Nice, en passant par la Vallée d’Aoste et le Valais. Sur ce vaste territoire, une infirmité préoccupe pourtant le pouvoir : les 7084 crétins recensés dans les quatre coins du royaume…

Description des crétins

CrétinismeLes rapporteurs de l’enquête cherchèrent d’éventuels impacts topographiques sur l’expression du crétinisme. La vérification de l’hygiène dans chaque province : Savoie, Aoste, Pignerol et Valais amena plusieurs constatations, en premier lieu sur la physionomie des malades.

La stature des crétins ne dépasse pas un mètre et demi” commentaient les hommes de science. “Ils sont à la fois maigres, grêles, chétifs, à l’état œdémateux“.

Les vrais crétins ont rarement le goitre…

Le docteur Trombotto compara ces observations en Vallée d’Aoste, en Maurienne, en Tarentaise et même en Combe de Savoie. Comme son confrère le docteur Duclos, menant l’enquête sur Betton-Bettonnet et la vallée de l’Isère, le spécialiste constata que, sur les 75 cas étudiés, “la tête est plate, le front restreint, le nez écrasé s’élargit tandis que la face est dégarnie de poils. Enfin, le col s’accompagne d’un goitre, mais les vrais crétins ont rarement le goitre !“.

Le docteur Trombotto pu ainsi constater que le crétinisme endémique s’exprimait sur les terres fermes des vallées, près des soulèvements alpins autour du Mont-Viso, du Mont-Blanc et du Mont-Rose. “L’infection commence dans les Alpes-Maritimes, s’accentue dans les Alpes Cottiennes et Pénnines” notait-il.

Les crétins se rencontraient alors dans les habitations écartées du chef-lieu, des lieux souvent mal exposés et près des marais, sinon dans les villes où passaient beaucoup d’étrangers. “Ce n’est pas toute la ville, mais la partie la plus reculée du centre, là où le progrès de civilisation n’a pas fait sentir son influence heureuse” indiquait encore un médecin. Des conclusions qui n’évincèrent toutefois pas quelques exceptions, amenant à douter que de réelles relations puissent être établies entre conditions locales, goitre et crétinisme.


En 1846, le rapport de l’enquête est rédigé

Maurienne goitre crétinEn 1846, les éléments de cette enquête arrivèrent sur le bureau du docteur Trombotto. Rédigé en italien et traduit en français, l’épais rapport approfondissait, en 200 pages et 7 chapitres, l’histoire du crétinisme, ses symptômes, sa répartition dans les Etats Sardes et les mesures thérapeutiques préconisées.

La commission se fit “un devoir de proposer à la sagesse du gouvernement” des mesures basées sur “des faits pratiques, généraux, observés dans les localités visitées” indiquaient les termes du “dossier blanc”.

Certains que l’application de leurs recommandations allait répondre “aux vœux du gouvernement et surtout à l’espérance qu’il a conçue d’améliorer les conditions de cette partie de la grande famille subalpine”, les scientifiques apposèrent tous leurs signatures au bas du document. Tous sauf Mm Gene et Belingeri, observateurs ravis à la science sans que leurs décès soient expliqués.

Le goitre révéla sa réelle affection : celle de la glande thyroïde, conséquence d’un air et d’une eau appauvries en iodures et par une mauvaise alimentation

Depuis, les progrès furent considérables. Dans les pays où le crétinisme resta endémique, le goitre révéla sa réelle affection : celle de la glande thyroïde. Conséquence d’un air et d’une eau appauvries en iodures et par une mauvaise alimentation, le goitre n’influença jamais le développement intellectuel, et n’eût que rarement un rapport avec le crétinisme. Même si nombre de crétins affichaient un goitre important sans que le volume de celui-ci n’interfère sur le degré de crétinisme. Désormais, l’affection de la glande thyroïde est traitée par “Gamma Camera”. L’examen permet un diagnostic rapide et oriente ensuite l’intervention chirurgicale.

De cause à effet

Le gouvernement de Charles-Albert fut particulièrement préoccupé des déformations physiques de sa population, des affections susceptibles de menacer la qualité de ses contrées. La classification établie privilégia l’environnement du pays, les contextes locaux, les causes sociales conjoncturelles sinon individuelles telles que l’hérédité et l’alimentation. Seulement, la recherche des causes du crétinisme rencontra nombre d’obstacles : la difficulté du sujet abordé, des études attachées à une localité, parfois une méthode défectueuse. Pour autant l’enquête menée permit de séparer cas isolés et réelles influences hygiéniques.


Commenter 1 commentaire

Avatar de l'utilisateur Les crétins de Savoie | Savoie d'hier et...
[…] Pendant longtemps les hommes en parlèrent comme d’une curiosité. Certains parents regardaient la venue d’un tel enfant comme un don du ciel. Le crétinisme saisit la Savoie au milieu du XIXème siècle avec 7.084 cas recensés en 1845. Histoire de ce "crétinisme" qui était en réalité dû à une affection de la glande thyroïde, conséquence d’un air et d’une eau appauvries en iodures et d'une mauvaise alimentation.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.