livres

Le mal des montagnes, l’acclimatation à la haute altitude

par

Le mal des montagnes décrit les mécanismes de l’acclimatation du corps humain en haute montagne ainsi que les maladies de l’altitude…

Le mal des montagnes,

l’acclimatation à la haute altitude

 

Par Pascal Daleau
Aux Éditions du Mont-Blanc Catherine Destivelle

Un livre pour mieux connaître les mécanismes de l’acclimatation du corps humain en haute montagne et les maladies de l’altitude qui vers 4.000 mètres touchent environ 50% des alpinistes ou trekkeurs.

Le mal des montagnes décrit les mécanismes de l’acclimatation du corps humain en haute montagne ainsi que les maladies de l’altitude dont le fameux mal des montagnes, l’œdème cérébral et l’œdème pulmonaire de haute altitude. Il présente clairement ce que l’on sait actuellement de leurs causes et leur traitement. La connaissance des principes d’acclimatation et des symptômes d’une mauvaise acclimatation à la haute altitude est un gage de sécurité que les intervenants du milieu médical, les trekkeurs et alpinistes ne peuvent pas ignorer.

Aussi, Le mal des montagnes  s’adresse-t-il à toute personne devant séjourner en altitude (touristes, randonneurs, trekkeurs, alpinistes, membres d’expéditions…) ainsi qu’aux professionnels de santé. L’ouvrage, présenté sous la forme d’un guide pratique, distille de nombreux conseils mais aussi des anecdotes vécues, racontées par Michel Pellé, l’un des premiers guides de haute montagne à avoir organisé avec succès des expéditions commerciales en très haute altitude, dont l’Everest.

Le mal des montagnes est resté longtemps un mal mystérieux et il le reste malheureusement encore actuellement pour un bon nombre de touristes et de grimpeurs, à leurs détriments. Pourtant, cela fait plus d’un siècle que des médecins et physiologistes tentent d’élucider ce problème. On peut dire à l’heure actuelle que l’on commence à avoir une idée assez précise des mécanismes à l’origine du mal des montagnes et des comportements efficaces qu’il faut avoir lors de son développement. Certaines études ont montré que vers 4.000 m d’altitude, une proportion d’environ 50% des alpinistes ou trekkeurs en est atteinte.

Il faut cependant savoir que ce mal reste tout à fait bénin pour une très large majorité d’entre eux, mais dans certains cas, généralement à cause d’une ignorance sur l’identification ou la conduite à suivre, la situation peut s’aggraver au point de présenter un risque éventuel de décès.

===

L’auteur

Pascal Daleau est professeur titulaire à l’Université Laval (Québec) dont il a été ces dernières années président de la commission de la recherche. Il est également chercheur à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec depuis 1991. Spécialisé en physiologie et pharmacologie cardiovasculaires, il a publié de nombreux articles dans des journaux scientifiques à portée internationale. Il pratique l’alpinisme depuis l’âge de 18 ans et, comme scientifique, s’intéresse également à l’acclimatation humaine en haute altitude.

Il a effectué de nombreuses ascensions dans les principaux massifs montagneux du monde et a participé à des expéditions en Himalaya, dont une au Cho Oyu au cours de laquelle il a expérimenté l’acclimatation humaine au-delà de 7.000m. Il a agi en tant qu’expert pour la rédaction du volet “Prophylaxie du mal des montagnes” de la Loi 41 sur la pharmacie du Québec et est régulièrement invité à donner des conférences sur l’acclimatation en haute altitude.

 


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.