livres

Le Vercors oublié

par

En rupture avec une légende héroïsée et sur-politisée, Le Vercors oublié fabrique une mémoire de la résistance quotidienne des habitants d’un village négligé par les commémorations…

Le Vercors oublié

La résistance des habitants de Saint-Martin (1942-1945)

 

De Francis Ginsbourger
Aux Éditions de l’Atelier
Sortie prévue le 21 février 2019

Au départ, il y a une chemise bleue à glissière qu’une grand-mère veut confier à son petit-fils : “Mes enfants ne sauront pas quoi en faire, ton père et ton oncle n’en ont jamais reparlé“. Ce sont les minutes de l’instruction d’un procès intenté pour des faits de vol et de délation commis à Saint-Martin en Vercors en juillet 1944. Quelle histoire se cache sous ce document d’archive ? Quel sens lui donner ?

Il y a aussi le cauchemar que le père de Francis Ginsbourger raconte à son fils peu avant sa mort, dans lequel il se voyait brûler vif dans un incendie allumé par les Allemands dans la forêt du Vercors. Qu’a-t-il vécu dans le Vercors, lui qui en parlait peu et supportait mal qu’on le questionne ?

Ce qui était une quête intime deviendra bien vite une enquête historique. Pendant 5 ans, l’auteur restitue les évènements, dépeint les lieux, croise les sources, jusqu’à reconstituer les trois semaines passées par les siens en forêt après l’invasion allemande.

À travers des portraits saisissants, l’auteur fait sortir de l’ombre les réfugiés résistants que furent les siens parmi d’autres, ces gens de la ville qui furent adoptés et protégés par “des montagnards qui connaissaient la montagne, se connaissaient entre eux et qui savaient se taire”.

En rupture avec une légende héroïsée et sur-politisée, Le Vercors oublié fabrique une mémoire de la résistance quotidienne des habitants d’un village négligé par les commémorations.

La famille paternelle de l’auteur, des juifs nancéiens, se cache dans le Vercors en 1943 pour échapper aux poursuites de Vichy. En quête de ce qu’ils ont vécu, Francis Ginsbourger retrouve les enfants et petits-enfants de ceux qui ont protégé les siens. Il redécouvre avec eux l’histoire chuchotée du village qui abrita l’état-major du maquis : Saint-Martin en Vercors.


Mots-clés pour lire d'autres articles

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.