.
.
  • .
    Monuments religieux :
    Beaufort :
    + Monuments religieux
    Beaufort
    .
    • Sergio Palumbo | dernière mise à jour : 03/11/2010
    .

    Eglise St Maxime de Beaufort

    Eglise St Maxime de Beaufort
    Eglise St Maxime de Beaufort - © Sergio Palumbo - 123 Savoie
     
    En 427, deux moines de Lérins, Jacques d’Assyrie et Maxime de Riez évangélisèrent la Tarentaise. Jacques d’Assyrie fonda le Diocèse de Tarentaise et en fut le premier évêque. Maxime évangélisa quant à lui, la vallée de Luce, actuel Beaufortain et fonda l’église de Beaufort. Elle est situé dans le vieux Beaufort et, n’est pas orientée car son chevet est au sud et sa façade tournée vert le Nord-ouest.
    Au XIIème siècle, il y avait sans doute une église, en témoignent la cassure du rocher sur laquelle elle est construite et la tour du clocher dont les fondations sont romanes. Au XVIIIème siècle, toutes les églises de Savoie sont en très mauvais état. C’est aussi une période de croissance économique et démographique où l’on a reconstruit et restauré les églises. A Beaufort, cette entreprise fut financée et exécutée par les paroissiens qui travaillèrent durant quatre ans sur le chantier. Elle fut consacrée en le 8 juin 1870.
     
    La Chaire
    Chaire de l’église St Maxime de Beaufort
    Chaire de l’église St Maxime de Beaufort - © Sergio Palumbo - 123 Savoie
     
    En noyer teinté en noir, la Chaire de l’église St Maxime de Beaufort est classée monument historique. Elle comporte toutes les caractéristiques de l’art baroque : les courbes (refus de la ligne droite), l’asymétrie, de nombreux angelots et les décorations florales. Elle a été sculptée par Jacques Clairant en 1722, qui était un sculpteur et bourgeois de Moûtiers, pour la somme de 995 florins, à l’époque l’équivalent de quatre juments. Il réalisa celle de Conflans et peut être celle de Hauteluce.
     

    La cuve s’évase du haut vers le bas et sur chacun de ses panneaux sont sculptés des personnages : la sculpture est en ronde-bosse ensuite appliquée aux angles des panneaux. Ce sont les docteurs de l’église catholique (théologiens). L’art baroque étant une conséquence artistique du Concile de Trente (Concile de la réforme catholique 1545 - 1563). Les docteurs de l’église représentent la tradition. Ils sont à demi-assis, leurs draperies sont tourmentées et laissent apercevoir les formes de leurs corps, leurs lèvres sont entrouvertes. Entre les statues

    montent des rinceaux, portant à leur base un cartouche. Le cartouche sur le cul de la lampe porte une inscription : J.C 1722.

    Eglise St Maxime de Beaufort 1

    Photos : © Sergio Palumbo - 123 Savoie

    Eglise St Maxime de Beaufort 2
    Eglise St Maxime de Beaufort 3
    Eglise St Maxime de Beaufort Statue de St Antoine de Padoue
    La galerie d’appui comprend un élément employé en architecture : un entablement avec architrave, une frise, une corniche et à chaque angle une tête d’ange est sculptée. Le dossier est quant à lui, décoré du Bon Pasteur, debout, portant sur ses épaules la brebis perdue et retrouvée. Tout autour court une fine moulure, deux branches de feuillage retombent à droite et à gauche.
     
    L’abas voix : son plafond est orné de la Colombe, symbole de l’Esprit saint. Sur l’entablement sont gracieusement assis 5 anges, aux attitudes variées et frémissantes d’effroi, attitude se reportant à l’action de l’ange principal qui, debout sur le couronnement, sonne de la trompette pour la résurrection des morts et leur convocation aux assises du jugement dernier (source Garnier). Des guirlandes de fleurs et de fruits festonnent les bords inférieurs et viennent se nouer aux branches qui encadrent le dossier.
     
    Le Retable
    Le Retable de l’église St Maxime de Beaufort
    Le Retable de l’église St Maxime de Beaufort
    © Sergio Palumbo - 123 Savoie
     
    Entièrement réalisé en bois (pin cembro ou arolle) sculpté et doré à l’or fin, il mesure 10m de haut et 5,50m de large. Ses trois niveaux et trois travées lui donnent un rythme ternaire. Seule la partie centrale, les colonnes torses encadrant le tableau de l’autel et la petite niche située au dessus, fait partie du retable réalisé à Annecy de 1657 à 1659 par François Cuneot, architecte et sculpteur né dans le comté de Bourgogne en 1618, et mort en 1686 à Chambéry. Ce retable est un véritable catéchisme en images. C’est une conséquence du Concile de Trente
    exprimant les dogmes catholiques : culte des saints, anniversaire de la mort du Christ célébré à chaque messe.
    - 1er niveau : Le tableau d’autel représente l’apparition de la Vierge et de l’Enfant à St Maxime (patron de la paroisse) et à St Maurice. Depuis 1512, la cure de Beaufort relevait de l’abbaye St Maurice d’Agaune dans le valais. Le tableau est encadré par des colonnes torses à chapiteaux corinthiens (montantes). De chaque côté sont présentées les statues de St Aubin (Evêque d’Angers en 550, invoqué pour la guérison des enfants) et St Guérin (né en Lorraine en 1060, abbé cistercien de St-Jean-d’Aulps en Chablais, invoqué pour la protection du bétail).
    - 2ème niveau : Au centre dans une niche, le Père Eternel, qui tient dans sa main gauche le globe terrestre surmonté de la croix et sa main droite bénit. A droite et à gauche, des cartouches contiennent des décorations florales du XVIIIème siècle.
    - 3ème niveau : Des peintures en trompe l’œil représentent des anges, au centre un vitrail avec la colombe du St Esprit qui date du XIXème. Un baldaquin, dont la partie inférieure forme un ciel étoilé, couronne le tout.
     
    Les retables latéraux datent du XVIIème siècle. Ils sont composés :
    - du retable du Rosaire à gauche avec la Vièrge, St Dominique et Ste Catherine-de-Sienne. Avec la représentation des mystères du Rosaire : 5 joyeux, 5 douloureux et 5 glorieux.

    - à droite se trouve le retable de St Joseph.


    .
    Monuments religieux :
    Beaufort :

  • .
    Beaufortain et Val d'Arly Beaufortain et Val d'Arly

    Situé à cheval sur deux départements, entre Savoie et Haute-Savoie, le Beaufortain est limité par de nombreux cours d’eau : au sud, vallée de la Tarentaise avec l’Isère, au nord-ouest avec l’Arly et au nord-est avec le Bon-Nant...

    .
    .
  • .
    Les barrages du Beaufortain Les barrages du Beaufortain

    En 1888 fut crée à Venthon une centrale hydroélectrique utilisant les eaux du Beaufortain. C’est comme cela que l’hydroélectricité fit sont apparition dans le massif......

    .
    .
  • .
    Espace Diamant Espace Diamant

    Telle une pierre précieuse aux multiples facettes, l'Espace Diamant brille depuis le coeur du Beaufortain jusqu'au Val d'Arly. Hauteluce, Les Saisies, Praz-sur-Arly en passant par les montagnes de Crest Voland / Cohennoz, Notre-Dame de Bellecombe, Flumet, les domaines skiables se succèdent, chaque fois différents....

    .
    .
  • .
    Un distributeur de Beaufort Un distributeur de Beaufort

    Mardi 15 octobre 2013 dernier, la Coopérative Laitière du Beaufortain a mis en service un distributeur automatique de Beaufort afin que même hors des horaires d’ouverture du magasin, le Beaufort soit accessible à tous.......

    .
    .
  • .
    Marie Bochet, double Championne du Monde Marie Bochet, double Championne du Monde

    Les Championnats du Monde de ski alpin Handisport IPC à La Molina en Espagne ont débuté le 20 février 2013. Après deux jours de compétitions, l’équipe de France a déjà remporté six médailles. En catégorie debout, Marie Bochet, la skieuse du Beaufortain, remporte l’or en descente et en Super Géant.........

    .
    .

  • A découvrir :
    Beaufort

    Le village de Beaufort est un village typique du beaufortain, situé au pied du barrage de Roselend.

    .

    Le barrage de Roselend a 50 ans

    Pour ses 50 ans en 2011, le barrage de Roselend, barrage le plus important du Beaufortain, le mois de septembre 2011 a été festif, riches en découvertes, informations et émotions pour habitants et vacanciers à Arêches-Beaufort......

    .

    La Giettaz

    Station-village de 500 habitants à peine, La Giettaz est située sur la route des Grandes Alpes, entre Annecy et Chamonix...

    .

    Histoire du Beaufortain

    Dès le Moyen Age, les habitants du Beaufortain vivent de l‘agriculture. La vie s’organise chaque saison autour du bétail et de la pratique de la "Remue". Dès que la neige commence à fondre les animaux retrouvent les alpages et sont montés en altitude en suivant le rythme de la pousse de l’herbe......

    .

    60 ans de classes de neige

    C’est du 9 au 30 mars 1950 que les classes de neige furent inventées. Une première française que l’on doit à des enseignants aux idées "révolutionnaires" pour l’époque. La station de Praz-sur-Arly fut la première......

    .

    Un patrimoine naturel en Beaufortain

    Le patrimoine naturel du Beaufortain est riche. Le Mont-Blanc tout proche permet au Beaufortain d’avoir des conditions climatiques exceptionnelles et une richesse paysagère très rare dans les Alpes du Nord......

    .

    .

  • Le patrimoine religieux du Beaufortain

    Le Beaufortain possède un patrimoine religieux important grâce à son histoire et à sa conservation. Les édifices religieux sont nombreux : 5 églises, une chapelle dans chaque hameau, des oratoires et des croix.......

    .
    .

.
.