.
.
  • Pays du Lac du Bourget St-Pierre-de-Curtille
    .
    Monuments religieux :
    + Monuments religieux
    St-Pierre-de-Curtille
    .
    • Sergio Palumbo | dernière mise à jour : 07/06/2008
    .
    Abbaye d'Hautecombe

    Abbaye de Hautecombe

    Daniel Bouvier-Belleville
    et Sergio Palumbo,
    123 Savoie

    Reproduction interdite sans l'autorisation des auteurs

    A St-Pierre-de-Curtille, l'abbaye cistercienne plonge sur le lac dans un site d'une grande beauté.
    Fondée au XIIème siècle, elle abrite les tombeaux des princes et des princesses de la maison de Savoie, elle a été restaurée après la révolution. A noter que les moines ont quitté l'abbaye pour ne pas être dérangés par le flot important de touristes...

    Abbaye de Hautecombe
    Abbaye de Hautecombe -  plan de 1844.
    Abbaye de Hautecombe

    Au XIIème siècle, à l'origine de Hautecombe, le domaine n'était pas sur les terres des Comtes de Savoie, mais sur celles des Comtes de Genevois. Ces derniers possédaient l'Albannais, territoire où se trouve l'Abbaye. Ils avaient un vassal, les Barons de Faucigny eux même suzerains de Gautier d'Aix, propriétaire des terres au bord du Lac du Bourget et notamment d'une haute-combe. Pour le repos de son âme, Gautier d'Aix donna cette haute-combe à l'Abbaye d'Aulps, fondée en 1094, dont Dom Guerin était l'abbé. Cet acte serait daté de l'année 1121 et approuvé par le Baron Guillaume de Faucigny, et le Seigneur Rodolphe de Cessen. Dom Guerin y envoya quelques-uns de ses religieux pour y construire un prieuré selon la règle de St Benoît, dont les ruines se voyaient encore au XVIème siècle.

    Lors d'une crise à l'Abbaye Cistercienne bourguignonne de Molesme, St Robert partit avec quelques moines pour fonder une nouvelle Abbaye en 1098 à Cîteaux en Bourgogne. L'Ordre nouvellement formé prit le même nom. En 1113, l'Abbaye de Cîteaux vit arriver une trentaine de jeunes gens. L'un d'eux était un noble prénommé Bernard. Grâce à ce dernier, l'Abbaye prit vite de l'importance. Autour de la maison mère de Cîteaux se trouvaient 4 grandes Abbayes :
    - Clairvaux
    - La Freté
    - Pontigny
    - Morimond

    En 1135, lors de son retour d'un voyage en Italie, Bernard s'arrête à l'Abbaye Bénédictine d'Aulps. Les moines de cette abbaye voulaient rompre le lien avec leur mère abbaye de Molène, pour embrasser les règles de l'abbaye de Cîteaux qui était Cistercienne. Cette même année Bernard s'arrêta au prieuré de Hautecombe près de Cessens. Le prieur de Hautecombe, Vivien, converti son prieuré pour devenir Cistercien et rompre son lien avec l'abbaye d'Aulps. Vivien quitta l'abbaye en 1139 et Amédée de Clermont fut nommé prieur pour lui succéder.

    Arrivé à Hautecombe, sa première pensée fut celle de changer de place le prieuré car il se trouvait juste à côté de la route qui reliait la Chautagne à l'Albannais et le Genevois au Bugey. Les Cisterciens aimaient les lieux retirés et sauvages.

     

    Amédée de Clermont se mit à chercher un nouveau lieu pour le prieuré et son choix se porta sur les bords occidentaux du lac du Bourget, bien après Conjux dernier petit village de pêcheurs.

    Tous les moines le suivirent dans ce lieux reculé sur un petit promontoire surplombant le lac qui fut baptisé du nom de l'ancien prieuré : Hautecombe.
     

    Pendant la construction de la future abbaye, Amédée fut appelé dans la province de Lausanne sur les bords du lac Léman. Il y fut sacré Evêque, le 21 Janvier 1145. Il était Seigneur-Evêque, pourvut des droits Régaliens. Il était aussi le petit cousin par alliance d'Amédée III Comte de Savoie. Quand ce dernier parti en croisade, il confia ses terres à Amédée de Clermont et fut le régent des terres de Savoie jusqu'à ce que Humbert III, fils du comte de Savoie, prenne en charge les rennes de son Comté. Après le départ d'Amédée de Clermont, un certain Rodolphe fut nommé et ensuite éclipsé par Amédée qui continuait à gérer Hautecombe depuis sa demeure de Lausanne. Amédée et Rodolphe moururent la même année, soit en 1159.

    Abbaye de Hautecombe
    Abbaye de Hautecombe au bord du lac du Bourget
    Abbaye de Hautecombe - statue de Carlo Felice
    Abbaye de Hautecombe - Cénotaphe de Béatrice de Savoie
    Cénotaphe de Béatrice de Savoie
    Abbaye de Hautecombe : Chapelle de Savoie
    Abbaye de Hautecombe - Chapelle St-Félix
    Abbaye de Hautecombe - Piéta
    Abbaye de Hautecombe : Statue de Marie-Christine
    Statue de Marie-Christine 1
    Détail de l'Abbaye de Hautecombe
    Abbaye de Hautecombe : Tombeau Charles Félix et Marie-Christine
    tombeau de Charles-Félix
    et de Marie-Christine

    Henri de Massy d'origine Mâconnaise fut alors nommé abbé à Hautecombe en 1160. Il régenta d'une main de maître et rehaussa le renom de l'abbaye d'Hautecombe. Il la quitta en 1176, car nommé abbé à Clairvaux. Lors de son départ il nomma abbé Geoffroy d'Auxerre, 5ème abbé d'Hautecombe. Il est connu aussi comme grand écrivain de France au XIIème siècle pour avoir écrit l'histoire de St-Bernard. Il se retira de sa charge d'abbé en 1190. Avec lui se tourne une page de l'histoire de l'abbaye d'Hautecombe. Pour les abbés du XIIIème siècle nous ne connaissons presque rien, sinon que Robert fut le 1er abbé Savoyard. Le Comte Humbert de Savoie était intervenu auprès du Pape Innocent IV pour le faire élire. En effet Robert était le fils d'un prêtre et d'une femme mariée. Au cours du XIVème siècle, les Papes nommèrent à plusieurs reprises les abbés, pratique nouvelle pour l'époque.

    Au cours du XVème siècle, fut nommé Jacques de Moyria qui fit des réparations et construisit la grande porte extérieure que l'on peut voir actuellement. Du XIVème au XVIème l'abbaye subit un lent déclin. La vie dans cette dernière y est rude. Les repas sont maigres avec de fréquent jeûne, du 14 Septembre à Pâques. Beaucoup d'eau dans le vin, rarement des oeufs et très rarement du poisson, jamais de viande, des herbes cuites à l'eau et au sel, sans huile ni graisse. Cette règle alimentaire faisait parti des règles de l'ordre ainsi que le silence, sauf pendant 1 heure après le dîner et le souper. Jusqu'au XVème siècle l'on dénombrait entre 30 et 40 moines dont le tiers était de nobles familles Savoyardes : de Bourdeau, de Paladru, de Seyssel, de Clermont, de Chevelu, de Chambéry, de Candie...

    Après le XVème siècle, les moines seront au nombre de 20 et 30 dont aucun n'est de famille noble. A partir du XVIème siècle le déclin de l'abbaye d'Hautecombe s'accentua.
    En 1521 il y avait 34 moines. En 1585, 28 moines. En 1608, 13 moines. Puis 15 au maximum jusqu'en 1698. En 1726, 10 moines. En 1734, 7 moines maximum. En 1700 l'abbaye fut saisie car elle était en mauvais état, presque plus de toits. Le palais abbatial et tous ses planchés étaient dégradés et inhabitables. La clôture s'effondrait. Les murs tombaient en ruine. Les peintures, sculptures ont presque toutes disparues. La voûte de la nef s'écroule et il n'y a plus de vitres aux fenêtres. Victor-Amédée II ordonna qu'on y fasse des réparations.

    Il fallut attendre la guerre de succession d'Autriche et l'occupation des Espagnols en 1742 pour que l'abbaye soit gérée par des moines. Ces derniers entreprirent non pas de restaurer mais de raser et de reconstruire une nouvelle église. Mais en 1449 la paix fut signée et le Roi de Piémont Sardaigne reprit Hautecombe sous sa tutelle. Les moines protestèrent. Le 2 Juin 1749, une lettre royale permit aux moines de disposer de leur argent, en contrepartie, ils devaient rendre un compte annuel au gouvernement ce qui stoppa pratiquement les travaux. Le 11 Avril 1752, l'abbaye fut unie avec la Ste-Chapelle du château des Ducs de Savoie de Chambéry. La rente des chanoines de la Ste-Chapelle n'étant plus assez suffisante pour le bon déroulement des offices, il fut décidé que l'abbaye les aide financièrement. Cette union provoqua des désagréments tant à la Ste-Chapelle qu'à l'abbaye et ce jusqu'en 1767. Suite à un accord entre les deux parties, les rénovations et constructions purent reprendre pour être presque finies vers 1792.

    Quand la Révolution française entra en Savoie, elle trouva à Hautecombe 6 moines. Ils purent y rester jusqu'au 10 Avril 1793 puis ils furent expulsés sous la surveillance de deux citoyens, Dubois et Rabut pour que ses derniers vérifient que les 6 moines ne partent qu'avec leurs vêtements et 6 livres chacun. L'abbaye fut pillée de ses trésors en or, bronze, plomb et cuivre rouge et jaune. Les bâtiments furent vendus comme bien nationaux, sauf le monastère lui-même jugé invendable. Le monastère et ses terres furent achetés le 12 Août 1796 par 4 personnes :
    - Victor-Amédée Fleury, homme de loi et futur magistrat à Chambéry.
    - Louis Joachime Léger, notaire à Chambéry.
    - François Louis Landoz, Aixois habitant à Lyon.
    - Josèphe François.

    Ils exploitèrent le domaine jusqu'en 1799, date à laquelle 2 des propriétaires se retireront. Les 2 autres décidèrent de créer une faïencerie. Le four fut construit sous la coupole de l'église. La faïencerie fonctionna jusqu'en 1804, date ou il ne reste plus qu'un propriétaire. Par la suite, l'église tomba en ruine pour ne laisser que le monastère.

    Abbaye de Hautecombe : Tombeau de Louis de Vaud
    tombeau de Louis 1er de Vaud
    Abbaye de Hautecombe : Vue d'ensemble de la nef
    Abbaye de Hautecombe
    Abbaye de Hautecombe

    Au début du XIXème siècle, les ruines d'Hautecombe furent très connues. Il faudra attendre la venue du Roi Charles-Félix de Savoie en visite sur ses terres de Savoie le 29 Juillet 1824. Il racheta le monastère et les terres qui en dépendent le 28 Août 1824, fit reconstruire l'église par Ernest Melano, un architecte piémontais, telle qu'elle était dans le passé. Chose étonnantes, l'achat et la restauration furent financées par les deniers personnels du Roi Charles-Félix. Le roi avait voulu faire de cette église une sorte de grand mausolée à la mémoire de ses ancêtres. Lors du sacrement de l'église, le 7 Août 1826, Charles-Félix fit lire un acte qu'il venait de signer. Celui-ci rendait Hautecombe aux moines Cisterciens. Charles-Félix y fut enterré 334 années après le dernier Comte de Savoie. En 1922, s'installa la communauté bénédictine de l'abbaye Sainte-Madeleine de Marseille, de la congrégation de Saint-Pierre de Solesmes, soit 800 ans après la 1ère fondation Bénédictine de l'abbaye. Le dernier roi d'Italie Humbert II de Savoie fut inhumée en 1983 et son épouse Marie-José en 2001.

    En 1992, la communauté bénédictine partit pour le prieuré de Ganagobie. Le père Abbé de l'abbaye bénédictine et l'Archevêque de Chambéry demandèrent à la communauté du Chemin Neuf de poursuivre la vocation de prière et d'accueil de l'abbaye.

    M
    embres de la famille de Savoie enterrés dans l'abbaye

    - Humbert III, le saint, 1136-1189, comte de Savoie
    - Amédée IV, 1197-1253, comte de Savoie
    petit-fils de Humbert III
    - Pierre II, le Pt Charlemagne, 1203-1268, comte de Savoie
    frère d'Amédée IV

    - Philippe 1er, 1207-1285, comte de Savoie
    frère d'Amédée IV

    Abbaye de Hautecombe : Tombeau de Louis de Vaud
    tombeau de Louis 1er de Vaud

    - Louis 1er de Vaud, 1253-1302, comte de Vaud
    Fils de Thomas, ancien comte de Flandre, et de Béatrice Fieschi, nièce du pape Innocent IV.
    Frère de Amédée V de Savoie.

    - Amédée V, 1252-1323, comte de Savoie
    petit-fils de Thomas 1er de Savoie, neveu de Pierre II et de Philippe 1er de Savoie
    - Aimon, le Pacifique, 1291-1343, comte de Savoie
    fils de Amédée V
    - Amédée VI, le comte Vert, 1334-1383, comte de Savoie
    fils de Aimon
    - Philibert 1er, 1465-1482, duc de Savoie
    descendant en ligne directe de ce qui précède, mais avec un saut de cinq générations

     

    - liste non exhaustive -

    Ces monuments funéraires, ornés de magnifiques gisants, ne contiennent pas de restes humains, ceux ci ayant été déversés dans le lac pendant la Révolution française.

    S
    ouverains enterrés dans l'abbaye après la Révolution française
    Abbaye de Hautecombe : Tombeau Charles Félix et Marie-Christine
    tombeau de Charles-Félix
    et de Marie-Christine

    - Charles-Félix , 1765-1831, roi de Sardaigne

    - Marie-Christine de Bourbon des Deux Siciles, 1779-1849, son épouse

     

    - Humbert II, 1904-1983, roi d'Italie

    - Marie-José de Belgique, 1906-2001, son épouse

    R
    eligieux inhumés dans l'abbaye
    St-Anthelme
    St-Anthelme

    - St-Anthelme, 1106-1178, Evêque de Belley

     

    - liste non exhaustive -

     

    C
    énotaphes élevés en mémoire de la famille de Savoie
    Note : Un cénotaphe est un monument élevé à la mémoire d'une personne et qui ne contient pas de corps.
    Abbaye de Hautecombe - Cénotaphe de Béatrice de Savoie
    Cénotaphe de Béatrice de Savoie

    - Béatrice de Savoie

     

    - liste non exhaustive -


    .
    Monuments religieux :

  • Notre suggestion d'articles !
    Aix-les-BainsAix-les-Bains

    » Aix-les-Bains est une ville d'eau, d'histoire gallo-romaine, remplie de charmes et de couleurs avec sa fête des fleurs en période estivale. C'est la plus ancienne ville du département de la Savoie. Ville thermale accueillant quarante cinq à cinquante cinq mille curistes par an au sein de ses thermes nationaux, elle se situe parmi les plus réputées de France. Ses eaux ont été découvertes à l'époque gallo-romaine.

    .

    ChambéryChambéry

    » Capitale des Etats de Savoie jusqu'en 1562, elle a été le chef-lieu du département du Mont-Blanc après le rattachement de la Savoie à la France de 1792. A voir : Château des Ducs, Ste Chapelle, cathédrale, église St-Pierre-de-Lémenc, les Charmettes où a séjourné Jean-Jacques Rousseau.

    .

    Lac du BourgetLac du Bourget

    » Situé dans le Pays du lac du Bourget (Aix-les-Bains, Coeur des Bauges, Savoie Grand Revard, Pays d’Albens, Chautagne, Le-Bourget-du-Lac), le lac du Bourget est un site exceptionnel au cœur des montagnes, ayant conservé quelques secteurs "sauvages"......

    .

    Château de ChambéryChâteau de Chambéry

    » Le Château des Ducs de Savoie fut la résidence principale de la maison de Savoie de 1295 à 1563. Incendié à plusieurs reprises, il se compose aujourd'hui d'un ensemble de bâtiments dont les constructions s'échelonnent du XIVème au XIXème...

    .

    ChanazChanaz

    » Au coeur de la Chautagne, le village de Chanaz avec ses maisons anciennes et ses échoppes, est une commune qui se veut respectueuse des traditions tout en restant résolument ouverte vers l'avenir...

    .

    Sainte-Chapelle du Château DucalSainte-Chapelle du Château Ducal

    » Construite à partir de 1408, à l'époque de la puissance territoriale et politique de la Maison de Savoie, la Sainte-Chapelle est sans conteste l'un des édifices les plus chargés d'histoire de la Savoie......

    .

    .

  • .
    Musée des Beaux-arts de Chambéry Musée des Beaux-arts de Chambéry

    Créé en 1783, le Musée des Beaux-Arts est installé depuis 1889 dans une ancienne halle aux grains surélevée. Aujourd’hui rénové, le public peut découvrir des œuvres plus nombreuses et mieux valorisées, ainsi que de nouveaux parcours.......

    .
    .
  • .
    Pays du Lac du Bourget Pays du Lac du Bourget

    Découvrez Aix-les-Bains, Chambéry, Challes-les-Eaux, le lac du Bourget et la Chautagne...

    .
    .
  • .
    Canal de Savières Canal de Savières

    Long de quatre kilomètres, le canal sert de réservoir naturel aux eaux du Lac du Bourget vers le Rhône et inversement lorsque le fleuve est en crue. Il fut au cours des temps agrandi, rectifié, curé pour faciliter.....

    .
    .
  • .
    Cimetière de Chambéry Cimetière de Chambéry

    Tous les cimetières ont une histoire. 123 Savoie s'est intéressé plus particulièrement à celui de Charrière Neuve à Chambéry, découvrant ainsi les tombes d'Amélie Gex, de Césarine Lamartine, soeur du grand poète ou encore les frères Ménabréa....

    .
    .
  • .
    Reconquête de l'axe de la Leysse Reconquête de l'axe de la Leysse

    Le chantier de démolition-reconstruction de la couverture de la Leysse a débuté lundi 2 juillet 2012. Il s'agit de la première étape de la réalisation du projet global de reconquête de l'axe de la Leysse.........

    .
    .

  • .
    Carré Curial Carré Curial

    La construction d'un nouveau lieu de vie : le Carré Curial, à la place d'une ancienne caserne napoléonienne, donne à la ville de Chambéry une allure de cité nouvelle dont la culture est le noyau...

    .
    .
  • .
    Toujours plus haut avec la Foire de Savoie Toujours plus haut avec la Foire de Savoie

    Pendant dix jours, la Foire de Savoie, au service de l’économie savoyarde, est devenu l’événement incontournable de la vie économique en Rhône-Alpes. Les nombreux rendez-vous proposés sont également source de rencontres. Conférences, débats, journées à thème, rencontres avec des entrepreneurs, des exposants, des artistes... de plus cette année, vous découvrirez sur 1.200 m² au Phare, "la Fabuleuse épopée de l’aviation".......

    .
    .
  • .
    Les berges du lac du Bourget Les berges du lac du Bourget

    Engagé en 2000, le projet Grand Lac pour l’aménagement et le développement durable du bassin versant du lac du Bourget, relève un triple défi : environnemental, économique et social.........

    .
    .
  • .
    Pôle d'échanges multimodal de la gare de Chambéry Pôle d'échanges multimodal de la gare de Chambéry

    Imaginez... Une gare plus accessible avec une double entrée côté ville et côté Cassine. Une gare qui facilitera le passage d’un mode de déplacement à l’autre, une gare accueillante pour tous.......

    .
    .
  • .
    Festival Mondial de Chambéry Festival Mondial de Chambéry

    En 48 ans, le Festival Mondial de Chambéry est devenu un des temps forts de l’été en Savoie. Festival de danses traditionnelles référent en Rhône-Alpes, il sait aujourd’hui rassembler autour de ses programmations......

    .
    .
  • .
    Moulin d'huile de noix Moulin d'huile de noix

    Le moulin d'huile de noix de Chanaz mérite un détour : il fonctionne exactement comme au XIXème siècle avec le même matériel d'origine : roue à augets, meule en pierre et engrenages en bois...

    .
    .

  • .
    Challes-les-Eaux Challes-les-Eaux

    Station thermale renommée depuis le XIXème siècle grâce ses eaux froides très riches en soufre, utilisées pour le traitement des affections des voies respiratoire et gynécologiques, la commune de Challes-les-Eaux est située au pied du Mont Saint-Michel......

    .
    .
  • .
    Une nouvelle déchetterie à Bissy Une nouvelle déchetterie à Bissy

    Beaucoup plus grande et fonctionnelle, la nouvelle déchetterie de Bissy a ouvert ses portes le lundi 24 septembre 2012. En plus de sa fonction de collecte des déchets, ce nouvel équipement va permettre le développement de l’activité de récupération et de recyclage des déchets........

    .
    .
  • .
    Prieuré de Lémunc Prieuré de Lémunc

    L'église de Lémunc est située sur les hauteurs de la ville de Chambéry. Cette colline est depuis longtemps habitée. Une très ancienne légende, transmise par le Père Fodéré au XVIIème siècle, veut que depuis une tour.......

    .
    .
  • .
    Les petits-fils d'Ettore Scola reçus à Chambéry Les petits-fils d'Ettore Scola reçus à Chambéry

    Ce samedi 16 novembre 2013, l’hôtel de ville de Chambéry était en ébullition en recevant Giacomo et Tommaso Lazotti, les petits-enfants du grand maître du cinéma italien Ettore Scola.......

    .
    .
  • .
    Les élus de la Mairie de Chambéry Les élus de la Mairie de Chambéry

    Elu lors du second tour des élections municipales du 30 mars 2014, Michel Dantin a officiellement pris ses fonctions de Maire de Chambéry, le 4 avril 2014. Retrouvez la liste complète des élus......

    .
    .
  • .
    Nouveau bassin de biofiltration à Chambéry Nouveau bassin de biofiltration à Chambéry

    Les eaux usées de 95% des foyers de l'agglomération chambérienne arrivent à l'usine d'épuration de Chambéry métropole située à Chambéry (dans le parc d’activités de Bissy) qui traite également les eaux industrielles et une partie des eaux de pluie......

    .
    .
  • .
    SavoieCup 2014 SavoieCup 2014

    La Savoiecup est un rassemblement automobile réservé aux véhicules Porsche® et aux passionnés de la marque. Il est devenu au fil des années, l'événement incontournable en Pays de Savoie...

    .
    .

.
.